Dernier hommage à la reine Fabiola

La Belgique et le gotha mondial ont rendu vendredi un dernier hommage à la reine Fabiola. Les funérailles nationales ont été empreintes de sobriété, avec une touche très musicale, comme le souhaitait la veuve du roi Baudouin.

Sous une pluie drue, un corbillard, encadré par des cavaliers de la garde royale à cheval, a quitté en début de matinée le Palais royal de Bruxelles, où reposait la cinquième reine des Belges depuis mardi, pour rejoindre la cathédrale des Saints Michel et Gudule accompagné par la famille royale au grand complet.

Le cercueil de chêne clair, sur lequel un petit drapeau belge noir, jaune et rouge avait été déposé, a été porté jusqu'au choeur de la cathédrale et posé à même le sol.

Passion pour la musique classique

Fervente catholique et proche du courant spirituel du "Renouveau charismatique", qui insiste sur "l'espérance de la résurrection", l'ancienne souveraine avait souhaité une cérémonie "simple et sobre" et donnant une large place à la musique classique, l'une de ses passions.

Mais en raison de son rang, les funérailles de celle qui fut la cinquième reine des Belges pendant 33 ans, ont également respecté un strict protocole. Le roi Philippe et la reine Mathilde, visiblement très affectée, et leurs quatre jeunes enfants, notamment la princesse héritière Elisabeth, 13 ans, ont rejoint dans la cathédrale les principales autorités du pays et de nombreuses têtes couronnées européennes, mais aussi des centaines de simples citoyens.

Une grande photo en noir et blanc de la reine Fabiola et du roi Baudouin, décédé en 1993, regardant vers le ciel dans une image symbolisant leur communion et leur profonde foi catholique, était posée sur un chevalet.

Inspirations pacifiques

La princesse Elisabeth et son frère Gabriel, 11 ans, ont pris la parole en néerlandais et en français pour des actions de grâce, le prince héritier du Luxembourg Guillaume, petit-neveu de Fabiola, en allemand, troisième langue nationale en Belgique. D'autres jeunes membres de la famille se sont exprimé en anglais et en espagnol. "Le roi Baudouin et la reine Fabiola n'ont cessé de rechercher la paix", a dit Elisabeth, en souhaitant s'en "inspirer".

Le baryton-basse belge José Van Dam, fait baron en 1998 et grand ami de la reine, a ensuite interprété du Bach, son compositeur préféré. Plusieurs centaines de personnes s'étaient aussi massées devant la cathédrale.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus