De nouveaux heurts font des dizaines de morts en Egypte

Au moins 57 personnes ont été tuées samedi dans des affrontements entre partisans du président égyptien destitué Mohamed Morsi et les forces de l'ordre sur la route de l'aéroport du Caire, selon un décompte de l'AFP. Un bilan précis semble toutefois difficile à établir.

Le ministère de la santé annonçait à la mi-journée 22 tués et 177 blessés admis dans un hôpital d'Etat. Ceux-ci s'ajouteraient aux 37 cadavres comptés par journaliste de l'AFP dans l'hôpital de campagne des pro-Morsi. Soit au total 57 morts.

Mais des sources médicales à l'hôpital de campagne ont précisé qu'un nombre indéterminé d'autres corps avaient été acheminés vers d'autres établissements. L'hôpital de campagne avait auparavant fait état d'au moins 75 morts et un millier de blessés.

"Tirs à balles réelles"

Les 37 morts recensés à l'hôpital de campagne des pro-Morsi ont été "tous été tués par des tirs à balles réelles, a déclaré le Dr Amal Ahmad Ibrahim, un médecin de l'hôpital de campagne sur le site de la mosquée Rabaa al-Adawiya, où campent depuis près de trois semaines les fidèles de M. Morsi.

Un journaliste de l'AFP a constaté que quatre d'entre eux au moins portaient des blessures mortelles à la tête. Les corps étaient recouverts d'un drap blanc, sur lequel leur nom était écrit. Le sol de la salle était couvert de taches de sang.

Dans un communiqué, les Frères musulmans ont accusé les forces de sécurité et l'armée d'avoir "commis un nouveau crime samedi aux premières heures devant le mémorial de l'autoroute" menant à l'aéroport.

Blocage d'un pont routier

Les heurts ont éclaté à l'aube entre manifestants tentant de bloquer un pont routier et policiers, a indiqué l'agence officielle Mena, ajoutant que des tirs de chevrotine d'origine inconnue ont été entendus.

Un haut responsable de sécurité cité par l'agence Mena dément toute utilisation par les forces de l'ordre de tout autre moyen que les gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Selon lui, huit policiers ont été blessés dans ces heurts.

Ces affrontements se sont produits après une journée de manifestations rivales massives vendredi à l'appel des partisans et adversaires de M. Morsi, au cours desquelles sept personnes ont été tuées à Alexandrie (nord).

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes