Danemark: départ au gouvernement après une vente à Goldman Sachs

Le gouvernement de gauche au pouvoir au Danemark a perdu six ministres jeudi, tous membres du Parti populaire socialiste. Ils protestent ainsi contre la vente d'une part de l'entreprise publique d'énergie Dong à la banque d'investissement américaine Goldman Sachs.

Ce parti est situé à gauche des sociaux-démocrates de la cheffe de gouvernement, Helle Thorning-Schmidt. Il était fermement opposé à la transaction.

"Nous avons maintenu nos positions sur Dong jusqu'au bout", a indiqué lors d'une conférence de presse la ministre des Affaires sociales et de l'Intégration, Annette Vilhelmsen. Elle a démissionné jeudi de ce poste et de la direction du parti.

Le gouvernement, en place depuis l'automne 2011, devrait survivre. Mme Vilhelmsen a indiqué que le Parti populaire socialiste ne basculerait pas dans l'opposition.

"Je présenterai bientôt un nouveau gouvernement", a annoncé Mme Thorning-Schmidt lors d'une conférence de presse. "Nous allons continuer notre travail (...) Le Danemark est plus fort, plus sain, avec plus de solidarité qu'il y a deux ans et demi".

Politique de gauche

La coalition, qui descend ainsi de trois à deux partis, était déjà minoritaire au Parlement. Encore plus minoritaire, l'exécutif pourrait être obligé de composer plus fréquemment avec le soutien de certains membres de l'opposition si le Parti populaire socialiste repousse d'autres projets qu'il juge contraire à une politique de gauche.

"Cela ne fera pas une grande différence", a estimé la première ministre. Mme Thorning-Schmidt a déjà dû agir sans les voix d'un autre parti représenté au gouvernement (l'Alliance verte-rouge) pour l'adoption de son budget 2014.

Transaction approuvée

Dong Energy est un producteur de pétrole, de gaz naturel et d'électricité (éolienne et thermique). L'entreprise a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de 67,2 milliards de couronnes (11 milliards de francs).

En novembre, l'exécutif avait signé un accord en vue d'une augmentation de capital à laquelle Goldman Sachs apportait 8 milliards de couronnes (1,3 milliard de francs), acquérant ainsi 19% du capital. La transaction a été approuvée par les parlementaires en commission jeudi après-midi.

Elle a plongé le Parti populaire socialiste dans une profonde crise. Sa base militante conteste l'orientation trop droitière du gouvernement.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes