Personne n'intimidera jamais la Russie, prévient Vladimir Poutine

Moscou a accusé samedi les États-Unis et le Canada d'entretenir le conflit dans l'Est séparatiste de l'Ukraine par leurs nouvelles sanctions. Vladimir Poutine a averti qu'elles ne permettraient ni d'intimider ni d'isoler la Russie.

"Personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie", a lancé le président russe dans un discours à l'occasion de la Journée des travailleurs des organes de sécurité. "Personne n'y est jamais parvenu et personne n'y parviendra jamais", a-t-il dit.

Ces déclarations interviennent alors que les pourparlers entre Kiev et les séparatistes prorusses, après huit mois de guerre qui ont fait plus de 4700 morts, peinent à reprendre.

Affaiblie depuis l'annexion de la péninsule de Crimée par de lourdes sanctions occidentales qui ont concouru à une grave crise monétaire, la Russie a été frappée vendredi par de nouvelles mesures américaines et canadiennes.

"La Russie paye cher"

Les États-Unis ont interdit tous les échanges commerciaux avec la Crimée, et le Canada a imposé des restrictions à l'exportation de technologies liées à l'exploration et l'extraction du pétrole. Ottawa a aussi interdit d'entrée sur son territoire une vingtaine de responsables politiques russes et séparatistes ukrainiens.

"La Russie paye cher sa position indépendante et son soutien à ses compatriotes, à la Crimée (...) et il semble parfois pour le simple fait que nous existons", a réagi Vladimir Poutine.

Les pourparlers entre Kiev et les séparatistes à Minsk, avec la participation de la Russie et de l'OSCE, ont été à maintes reprises reportés. Le principal point d'achoppement est la demande des séparatistes que Kiev reprenne le financement des zones rebelles coupé à la mi-novembre.

Le gouvernement ukrainien exige de son côté que soient annulés les résultats du vote séparatiste dans les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

Kiev investit dans la défense

Le président ukrainien Petro Porochenko. a déclaré samedi devant le Conseil de sécurité nationale et de défense que l'Ukraine n'économiserait pas sur sa sécurité, alors que le conflit dans l'Est lui coûte 100 millions de hryvnias par jour (6,2 millions de francs).

Il a annoncé que le pays, en profonde crise économique, consacrerait 5% de son PIB à la défense en 2015, contre moins de 1% cette année. M. Porochenko a récemment soumis au Parlement un projet de loi ouvrant la voie à une adhésion à l'OTAN. "Je n'ai aucun doute concernant une décision positive sur cette question au Parlement", a-t-il assuré.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes