Au moins 80 disparus et deux morts dans l'explosion de wagons

Au moins 80 personnes sont portées disparues dans une petite ville du Québec après le déraillement et l'explosion d'un convoi de wagons-citernes, a dit samedi à l'AFP un pompier revenant du coeur du brasier. Le feu a ravagé une partie du centre-ville et forcé au moins 2000 personnes à évacuer.

Au moins quatre wagons-citernes chargés de pétrole brut ont explosé, faisant au moins un mort et un blessé, selon un premier bilan provisoire. "Il y avait au moins 50 personnes au bar" de Lac-Mégantic, ville de 6000 habitants, située à 250 km à l'est de Montréal. "Il ne reste plus rien", a déclaré ce pompier, qui a requis l'anonymat.

Une vague de pétrole en feu a soufflé le bâtiment, a-t-il ajouté, précisant que les fouilles doivent officiellement commencer dimanche à l'aube.

Incendies non maîtrisés

L'accident a créé un spectaculaire champignon de feu. Quelque 150 sapeurs-pompiers combattaient les flammes, dont plusieurs venus de l'Etat américain du Maine, situé à 25 km au sud de la ville.

Une quarantaine de bâtiments auraient été touchés ou détruits par les flammes, selon Urgence Québec. Des témoins ont raconté avoir entendu jusqu'à six explosions majeures pendant la nuit.

Les incendies provoqués par la série de détonations n'étaient toujours pas maîtrisés samedi soir, près de 20 heures après la catastrophe.

Premier ministre "horrifié"

"Je suis choqué, horrifié par la nouvelle. Malheureusement, il est clair qu'il y a eu perte de vies, même si on n'en connaît pas encore l'ampleur", a déclaré samedi soir le Premier ministre canadien Stephen Harper depuis Calgary, dans l'ouest canadien.

"Mes pensées et mes prières sont avec les gens de Lac-Mégantic. J'aimerais offrir mes condoléances aux familles des victimes", a ajouté M. Harper qui a offert toute l'aide du gouvernement canadien à la province de Québec à la suite de cette tragédie.

Un incident mécanique pourrait être à l'origine de l'accident. Une équipe du Bureau de la sécurité des transports du Canada mène l'enquête sur place.

/SERVICE


Actualisé le