Accord partiel entre Washington et Kaboul sur un pacte de sécurité

L'Afghanistan et les Etats-Unis ont conclu un accord préliminaire sur un pacte de sécurité qui attend l'accord des dirigeants tribaux. L'entente assurerait la présence d'un contingent américain après 2014. Mais elle pas réglé totalement la question cruciale de l'immunité des soldats américains.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a mené durant deux jours à Kaboul des négociations marathon avec le président afghan Hamid Karzaï pour tenter de boucler un accord bilatéral de sécurité (BSA). Ce texte doit encadrer la présence américaine en Afghanistan au terme de la mission de combat de l'OTAN, fin 2014, mais aussi le nombre des bases et le statut des soldats qui resteraient sur place.

"Nous sommes parvenus à une série d'accords", notamment sur les modalités d'intervention d'un contingent américain, a déclaré samedi soir le président afghan. Il a cependant prévenu que la question de l'immunité des troupes américaines, une exigence de Washington, n'était pas réglée.

Calendriers différents

"Si cette question de (l'immunité) n'était pas résolue, malheureusement il ne pourra pas y avoir d'accord bilatéral de sécurité", a précisé le secrétaire d'Etat américain.

Un responsable américain s'est montré plus optimiste. "Nous sommes parvenus à un accord de base sur tous les points clefs", a-t-il déclaré, assurant même que la question de l'immunité figurait dans le texte en préparation.

Washington souhaite qu'un accord, qui doit déterminer les effectifs du contingent américain appelé à rester sur place après 2014, soit conclu avant le 31 octobre. Pour M. Karzaï, en revanche, rien n'empêche d'attendre l'issue de la présidentielle afghane d'avril.

Précédent irakien

L'immunité constitue un élément fondamental pour Washington, qui exige que ses soldats qui se rendraient coupables de crimes en Afghanistan soient jugés par des juridictions américaines et non afghanes. M. Kerry a rappelé que les forces américaines stationnées dans d'autres pays étaient soumises au même régime juridique américain.

En Irak, les Etats-Unis comptaient maintenir un contingent au-delà de 2011 mais ils avaient finalement rapatrié l'ensemble de leurs troupes car Bagdad avait refusé de leur accorder l'immunité.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus