Accès des réfugiés à l'Europe: clôture symbolique d'Amnesty à Sofia

Des militants d'Amnesty International d'une trentaine de pays ont dressé une clôture de fil de fer symbolique dans le centre de Sofia. Ils protestent contre une politique européenne jugée hostile aux réfugiés.

Environ 80 défenseurs des droits humains ont installé cette barrière dans une rue piétonne du centre-ville et attaché une banderole sur laquelle était écrit: "fonds européens 2007-2013: 1,8 milliard d'euros dépensés pour garder les gens dehors, 0,7 milliard dépensé pour soutenir les réfugiés".

Des murs et non des droits

La veille, la Bulgarie a montré pour la première fois sa clôture de barbelés coupant installée sur plus de 30 km le long de sa frontière avec la Turquie, et censée dissuader les candidats à l'exil. L'an passé, ce pays balkanique, le plus pauvre de l'Union européenne, avait été pris au dépourvu par un afflux de réfugiés, dont la plupart fuyaient la guerre civile en Syrie.

"Les pays membres de l'Union européenne dressent des murs de plus en plus hauts au détriment des droits des réfugiés et des migrants", a déclaré John Dalhausen, directeur Europe et Asie centrale d'Amnesty dans un communiqué.

Des vies en danger

Dans un rapport publié le 9 juillet, Amnesty affirme que "les politiques de l'UE en matière d'immigration et ses pratiques de contrôle aux frontières empêchent des réfugiés d'accéder à la procédure d'asile en Europe, et mettent en danger la vie de toutes ces personnes, qui entreprennent des voyages de plus en plus dangereux".

/ATS


Actualisé le