Accalmie après une démonstration de force des pro-Morsi

Le calme prévalait samedi matin en Egypte au lendemain d'une démonstration de force au Caire des partisans de l'ancien président Mohamed Morsi. Ces derniers ont exigé de nouveau le retour de leur président plus d'une semaine après son renversement par l'armée.

Toute la journée, la foule a été très nombreuse devant la mosquée Rabaa al-Adawiya, où des partisans du président islamiste déchu manifestent depuis deux semaines. Le crépuscule a été marqué par des prières et la rupture du jeûne du ramadan, en présence de nombreuses familles, des manifestants en profitant pour réitérer leur vive détermination.

"Nous sommes là pour faire passer le message aux militaires que nous ne renoncerons pas à la légitimité", a déclaré un partisan pro-Morsi. "Nous défendrons Morsi par notre sang", a ajouté un autre. Auparavant, coran dans une main, drapeau égyptien dans l'autre, les manifestants islamistes, venus de diverses régions du pays, avaient fustigé l'armée et réaffirmé leur allégeance à M. Morsi.

"Nous resterons un mois, deux mois, et même un an ou deux s'il le faut", a lancé à la foule un haut responsable islamiste, Safwat Hegazi. Ce dernier a réitéré les exigences des Frères musulmans: retour immédiat du premier président élu démocratiquement, tenue de législatives et création d'une commission pour la réconciliation nationale.

Ramadan particulier

Pour supporter les températures caniculaires, les manifestants s'arrosaient les uns les autres. Soucieux d'économiser leurs forces mises à mal par le jeûne du ramadan, beaucoup sont restés sous les tentes dressées aux abords de la mosquée à lire le coran ou à prier.

Dans la capitale, une seconde manifestation pro-Morsi a été organisée près de l'Université du Caire, où des milliers de participants avaient dressé des barricades, tandis qu'à proximité, l'armée était présente en force, avec des blindés légers et des camions.

De leur côté, plusieurs centaines de manifestants anti-Morsi s'étaient rassemblés sur l'emblématique place Tahrir, ainsi qu'aux abords du palais présidentiel.

Dans ce contexte, le ramadan a commencé dans une ambiance beaucoup moins animée qu'à l'ordinaire dans le pays le plus peuplé du monde arabe avec 84 millions d'habitants.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes