A Genève, 35 groupes armés s'engagent à mieux protéger les civils

Réunis dans le plus grand secret la semaine dernière à Genève, quelque 70 représentants de 35 groupes armés de 14 pays se sont engagés à mieux protéger les civils, a annoncé mercredi l'Appel de Genève. La conférence a permis de passer en revue les engagements signés par ces groupes.

La présidente de l'Appel de Genève Elisabeth Decrey Warner a expliqué que la réunion avec les mouvements de guérilla a été l'occasion de renforcer leur connaissance du droit international humanitaire et leur engagement à le respecter.

L'ONG a précisé que parmi les signataires de la déclaration sur la protection des civils se trouvaient des groupes armés de Syrie, Birmanie, Soudan, Philippines et Somalie. La réunion a eu lieu du 17 au 20 novembre.

Parmi les mouvements présents, se trouvaient des représentants de Hazzm, une fraction de l'Armée syrienne libre qui a signé l'Appel de Genève en octobre, du Front islamique de libération Moro des Philippines, du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Des membres du Mouvement pour la Justice et l'Egalité (JEM) au Soudan et de l'Armée de Libération du Soudan, des représentants des groupes armés des ethnies karen, kachin et de l'Etat Shan en Birmanie et du Sahara occidental étaient également réunis à Genève.

Dialogue avec 90 acteurs

Depuis sa création en 2000, l'Appel de Genève a entamé le dialogue avec 90 acteurs non étatiques dans les zones de conflit dans le monde. Jusqu'ici, 45 groupes armés non étatiques se sont engagés à ne pas utiliser les mines antipersonnel, dix à ne pas recruter les enfants dans les conflits armés et huit à interdire toute violence sexuelle. Les actes signés sont déposés auprès du canton de Genève.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes