Une chasse au trésor transfrontalière

Les parcs naturels régionaux du Doubs, suisse et français, main dans la main. Ils proposent ...
Une chasse au trésor transfrontalière

Les parcs naturels régionaux du Doubs, suisse et français, main dans la main. Ils proposent une nouvelle offre touristique commune sous la forme d’un itinéraire ludique de 2,9km destiné aux enfants et familles. 

Dix panneaux jalonnent le parcours de la chasse au trésor. Dix panneaux jalonnent le parcours de la chasse au trésor.

C’est le fruit d’une collaboration transfrontalière entre les deux parcs naturels régionaux du Doubs, suisse et français. Celle-ci a débouché sur une nouvelle offre touristique et de loisirs qui a été présentée mardi. Elle consiste en un parcours de chasse au trésor sur le thème de la contrebande au Saut du Doubs, à proximité des Brenets.

Cette initiative est destinée en priorité aux enfants et aux familles. Elle se veut ludique et aussi didactique : « C’est un parcours de randonnée facile, à plat, sur 2,9 kilomètres. Il comprend dix panneaux, cinq du côté suisse et cinq sur sol français », explique Régis Borruat, le directeur du Parc naturel régional du Doubs. « Il s’agit de résoudre des énigmes pour découvrir un mot magique qu’il faut aller prononcer dans l'un des deux restaurants partenaires pour recevoir un cadeau surprise. »

Régis Borruat : « Ce parcours permet aussi de s’informer sur la thématique de la contrebande. »

Ce n’est pas par hasard si la thématique de cette chasse au trésor est la contrebande : « À l’époque, jusque dans les années cinquante, la contrebande faisait partie du quotidien. En général, on passait surtout du tabac et des choses qui paraissent bien dérisoires aujourd’hui, comme des allumettes ou des jeux de cartes, puisqu’en Suisse il était timbré et faisait l’objet d’un impôt », raconte Maurice Grünig, passionné du Parc du Doubs. « Les contrebandiers avaient aussi des trucs pour ne pas se faire prendre par les douaniers. Ils portaient par exemple des sabots à l’envers avec le talon devant. »

Maurice Grünig : « Les dames faisaient 70 kilos en passant la frontière et 50 au retour. »

En 2010, la collaboration transfrontalière entre les deux parcs naturels régionaux avait déjà débouché sur le balisage de quatre itinéraires franco-suisse, « Les chemins de la contrebande », à couvrir sur 3 ou 4 jours. Ces réalisations communes sont précieuses pour une région à vocation touristique, mais décentralisée : « Région décentralisée certes, mais l’outil des deux parcs naturels amène du liant et l’idée, c’est de montrer que cette frontière n’est pas imperméable et que cela favorise notre développement », explique encore Régis Borruat. 

Régis Borruat : « Il y a des échanges ». 

Un dernier mot encore : Si la chasse au trésor au Saut du Doubs est désormais lancée. Le contenu du trésor reste lui tenu secret. /mne


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus