Jérémie Pignard : « Il n’y avait pas de place pour relativiser la désillusion »

Notre correspondant à Prague, Jérémie Pignard, est revenu lundi dans La Matinale sur la défaite ...
Jérémie Pignard : « Il n’y avait pas de place pour relativiser la désillusion »

Notre correspondant à Prague est revenu lundi dans La Matinale sur la défaite de l’équipe de Suisse 2-0 face à la République tchèque en finale du Championnat du monde de hockey sur glace. Louis Matte, lui, relève le travail de Patrick Fischer.

La Nati s'est inclinée face à une grande République tchèque dimanche soir, en finale du Championnat du monde de hockey sur glace à Prague. (Photo : Keystone / EPA / MARTIN DIVISEK). La Nati s'est inclinée face à une grande République tchèque dimanche soir, en finale du Championnat du monde de hockey sur glace à Prague. (Photo : Keystone / EPA / MARTIN DIVISEK).

Une médaille d’argent qui fait mal. La Nati s'est inclinée face à une grande République tchèque dimanche soir, en finale du Championnat du monde de hockey sur glace à Prague. Une défaite 2-0. Jérémie Pignard, notre envoyé à Prague, a indiqué lundi dans La Matinale RTN, que pour les joueurs, cette défaite allait plus loin que la déception. « Il y avait une foi en l’exploit qu’on sentait depuis la demi-finale contre le Canada. Et le fait que dimanche, ils (ndlr: les hommes de Patrick Fischer) soient encore passés à côté, pas de leur match, mais de la médaille d’or, ça fait extrêmement mal. Ce n’était pas que de la déception, il y en a qui étaient vraiment abattus. » Pour le journaliste, il a manqué à la Suisse cette petite étincelle offensive qu’elle avait affichée sur les derniers matches. « Et la République tchèque a un peu mieux tenu le puck. Elle a été un peu mieux techniquement dans cette rencontre. Offensivement elle a fait les choses plus justes. Mais il faut aussi se rendre compte à quoi ça se joue. Il y a un tir de différence entre les deux équipes sur ce match. » Quant à l’ambiance, elle a juste été incroyable. « Ambiance exceptionnelle, extraordinaire, et pas seulement cette nuit, mais sur tout le tournoi avec la République tchèque qui a un public phénoménal. (…) Le gros coup de cœur de ce mondial, c’est le public. »

Jérémie Pignard : « Il y avait une foi en l’exploit qu’on sentait depuis la demi-finale contre le Canada. »

Pour l’entraîneur du HCC, Louis Matte, qui s’exprimait également lundi dans La Matinale RTN, en étant si proche du but, on s’en veut beaucoup à la fin. « Mais je pense qu’il faut aussi avoir un sentiment de fierté parce que la Suisse a livré un gros tournoi pendant la dernière quinzaine ». Il estime également que les critiques envers l’entraîneur de la Nati avant le tournoi étaient sévères. « Même s’il y avait plusieurs défaites en matches amicaux, on voit la différence quand les gros bonshommes, les joueurs de NHL sont sur la glace ». /sma

Louis Matte : « Il y a toujours un peu de regret. »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus