La Grande Béroche : les enjeux des élections communales

La population neuchâteloise choisira ses autorités communales le dimanche 21 avril. RTN vous ...
La Grande Béroche : les enjeux des élections communales

La population neuchâteloise choisira ses autorités communales le dimanche 21 avril. RTN vous propose un tour d’horizon des enjeux dans toutes les communes

Dans la commune de La Grande Béroche, 64 candidats répartis sur quatre listes se présentent pour accéder aux 41 sièges du Conseil général. (Photo : archives) Dans la commune de La Grande Béroche, 64 candidats répartis sur quatre listes se présentent pour accéder aux 41 sièges du Conseil général. (Photo : archives)

Les citoyens du canton de Neuchâtel éliront leurs représentants communaux le 21 avril. En vue du scrutin, RTN vous propose de découvrir les enjeux de toutes les communes. Nous nous intéressons ce mercredi à La Grande Béroche où 64 candidats visent un siège au législatif.

Les enjeux à La Grande Béroche

Dans la commune de La Grande Béroche, 64 candidats répartis sur quatre listes se présentent pour accéder aux 41 sièges du Conseil général. Première observation : les Verts, qui comptent actuellement cinq sièges au législatif, n’ont pas réussi à déposer de liste pour ces élections. La faute « à une section relativement modeste et aux difficultés que rencontrent les groupes politiques à trouver des personnes prêtes à s’engager », nous explique le parti.

Les places reviendront peut-être aux Vert'libéraux. En course pour la première fois dans la commune, le parti, emmené par l’actuel conseiller communal du Groupement de la Grande Béroche, Maxime Rognon, espère faire son entrée au législatif en y plaçant, si possible, ses six candidats. Quant à une accession à l’exécutif, ce serait « la cerise sur le gâteau », explique le PVL. Parti qui défend notamment le développement durable et une mobilité douce, mais qualifiée d’intelligente.


Chaque parti a choisi ses combats

Le parti majoritaire, le PLR, tentera de renforcer sa présence dans la commune. Après avoir perdu des plumes il y a quatre ans en passant de 19 sièges à 17 au Conseil général, les libéraux-radicaux nous expliquent vouloir « au moins retrouver ses 19 fauteuils et asseoir la majorité bourgeoise au législatif ». Pour se faire, il mise sur la continuité avec une liste de 23 candidats, composée de 16 des 17 sortants. Le PLR s’appuie sur plusieurs thèmes de campagne : l’économie et l’attractivité de la commune, mais aussi l’environnement.

Du côté de l’autre parti fort de la Grande Béroche, le PS, c’est aussi une liste de 23 prétendants qui a été déposée. Une liste composée notamment des onze sortants, et qui doit permettre au parti socialiste de renforcer sa présence. En l’absence d’une liste verte et en tant que dernier parti de gauche, il entend faire mieux que ses onze sièges au législatif pour « conserver les forces de gauche au Conseil général ». Afin d’y parvenir, le PS fait du développement du parascolaire son principal cheval de bataille.

Le Groupement de la Grande Béroche espère maintenir ses forces au Conseil général, pour continuer de « répondre aux besoins de la population », explique-t-il. Avec ses huit sièges actuels et ses douze candidats, dont sept sortants, le groupe qui se définit comme apolitique, ne se donne pas d’objectifs chiffrés. Il entend néanmoins rester suffisamment présent pour jouer un rôle de médiateur entre la gauche et la droite, afin de « défendre la qualité de vie dans la commune. ».


Des cartes redistribuées au Conseil communal

Le décor pourrait légèrement se transformer au sein de l'éxécutif. Si les deux PLR, Thierry Pittet et François Del Rio, sont candidats, tout comme le Socialiste Hassan Assumani, ce n’est pas le cas de son collègue de parti, Tom Egger, qui occupait le poste depuis la création de la Commune et qui ne briguera pas un autre mandat. « Une lourde perte pour le PS, mais aussi pour toute la commune », note le parti.

Enfin, dernier conseiller communal actuel, Maxime Rognon, premier élu à l’exécutif sous les couleurs du Groupement de la Béroche il y a 4 ans, sera, lui, bien candidat, mais pour le parti vert'libéral cette fois-ci.


Un scénario se dessine dans ce jeu de chaises musicales

Du côté du PS, on souhaite avant tout maintenir les deux sièges actuels au Conseil communal. Une ambition qui semble réaliste, malgré l’absence de Tom Egger dans ses rangs. Les deux fauteuils PLR à l’exécutif devraient également être repourvus. Tous les yeux se tourneront donc principalement vers le cinquième fauteuil, qui s’annonce comme le plus disputé. Le PLR se verrait bien le décrocher, tout comme le Groupement de la Grande Béroche ou le nouveau venu, le parti vert-libéral. Alors qui y prendra place ? C’est le conseil général nouvellement élu et les futures forces en présence qui répondront à cette question. /gjo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus