« Il y aura toujours du travail » en hôtellerie-restauration

Nolan et Morgane sont tous les deux apprentis à l’Hôtel de l’Aigle à Couvet, ils prendront ...
« Il y aura toujours du travail » en hôtellerie-restauration

Nolan et Morgane sont tous les deux apprentis à l’Hôtel de l’Aigle à Couvet, ils prendront les rênes de leur établissement entre le 1er et le 3 mars. Ils évoquent leurs rêves pour leur métier

Morgane Monroy Paredes et Nolan Pêcheur, deux apprentis de l'Hôtel de l'Aigle à Couvet qui se voient dans leur métier toute leur vie. Morgane Monroy Paredes et Nolan Pêcheur, deux apprentis de l'Hôtel de l'Aigle à Couvet qui se voient dans leur métier toute leur vie.

Ils ne sont pas inquiets pour leur avenir dans la branche. Nolan Pêcheur, apprenti en première année dans la restauration et Morgane Monroy Paredes, également apprentie de première année dans la communication hôtelière, travaillent tous les deux à l’Hôtel de l’Aigle. Ils préparent en ce moment le « weekend des apprentis », qui se tiendra du 1er au 3 mars à Couvet. Les huit apprentis s'occuperont des convives de A à Z, sur le thème « des mythes et légendes du Val-de-Travers ».


Une passion pour le métier

Ils aiment tous les deux « le contact avec les gens ». Dans le service, Nolan aime le côté « complexe » de la restauration : « il y a tout le côté vin », précise le jeune garçon de 16 ans. Morgane, pour sa part, raconte volontiers ses projets d’avenir : « j’aimerais bien travailler dans le luxe ». La passion des langues, les deux jeunes l’ont également afin de mieux côtoyer leur clientèle.

Morgane Monroy Paredes et Nolan Pêcheur

Quand on leur demande s’ils craignent pour leur avenir dans le domaine de l’hôtellerie ou de la restauration, la réponse est claire et nette : « Non ! » Tous les deux s’imaginent également travailler à l’étranger s’il le faut, car pour eux, leurs métiers seront toujours nécessaires. « Par exemple à Marseille, j’y vais souvent, donc pourquoi ne pas travailler là-bas » explique Nolan. Pour Morgane, le voyage est aussi une option « vu que j’adore les langues, ça m’irait. Je suis un peu une aventurière ».

Les deux jeunes soulignent également que le Val-de-Travers n’est pas en reste, comme région connue loin à la ronde auprès de touristes alémaniques notamment.

Nolan Pêcheur et Morgane Monroy Paredes :  « J'ai pas vraiment peur, je sais qu'il y aura toujours du travail »

Les horaires de travail ne leur font pas peur non plus. Morgane Monroy Paredes travaille pour l’instant plutôt le matin, mais elle devra passer par toutes les postes de l’Hôtel de l’Aigle dans le cadre de son apprentissage. Nolan Pêcheur a commencé récemment avec les horaires du soir, jusqu’à 23h. « Au début c’était compliqué, mais avec le temps, ça se gère. Par exemple si on commence à 15h, on a la matinée pour nous. »

/swe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus