Centre de psychiatrie: options stratégiques et crédits adoptés

Les députés neuchâtelois ont approuvé mardi à l'unanimité les options stratégiques du Centre ...
Centre de psychiatrie: options stratégiques et crédits adoptés

Centre de psychiatrie: options stratégiques et crédits adoptés

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Les députés neuchâtelois ont approuvé mardi à l'unanimité les options stratégiques du Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP). Plusieurs crédits ont été approuvés sans opposition. Un nouveau bâtiment pourrait voir le jour sur le site de Préfargier.

Ces nouvelles options stratégiques "interviennent dans un contexte de hausses des troubles de la santé mentale", en lien notamment avec le vieillissement de la population, a déclaré Laurent Kurth, conseiller d'Etat en charge de la santé. Les besoins augmentent alors qu'il y a une pénurie des ressources.

Le nombre d'hospitalisations des patients diminue au profit de l'ambulatoire. Afin d'accompagner la hausse des prestations ambulatoires du CNP, le Grand Conseil a accepté sans opposition d’accorder un financement unique de 3,17 millions de francs pour les exercices 2024 à 2026.

Le CNP, qui emploie environ 700 personnes dans le canton, va se spécialiser dans le soutien aux cas complexes. L'établissement va continuer de travailler en coordination avec le réseau socio-sanitaire et va soutenir les différents acteurs publics ou privés.

Laurent Kurth, conseiller d'Etat en charge de la santé

La modernisation de l'infrastructure hospitalière du site de Préfargier à Marin, qui date de plus de 170 ans, apparaît comme une nécessité, notamment au niveau du droit des patients et de l'efficacité des prestations. Les députés ont accepté à l'unanimité un crédit de 3,6 millions de francs visant à financer les études préalables nécessaires conduisant au choix d’une variante immobilière.

Laurent Kurth

Partenariat avec un centre vaudois

La situation financière du CNP, en grande partie causée par sa constitution en 2009 sans dotation de capital, sans réserve et avec la reprise des dettes des institutions à la source de la fusion, nécessite une consolidation financière. Dans ce sens, les députés ont accepté sans opposition un crédit de 20 millions de francs pour un cautionnement simple.

Les députés ont aussi approuvé le classement d'une motion populaire demandant de créer sur sol neuchâtelois une unité spécialisée dans la prise en charge des personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire (TCA). Le canton préfère nouer un partenariat avec le centre vaudois abC, spécialisé dans ce type d’approche, au moyen d’une convention qui garantirait aux patients neuchâtelois un niveau de priorité équivalant à celui des Vaudois. /ATS-jpp

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus