Les loyers risquent d'augmenter avec le taux hypothécaire

Le taux hypothécaire de référence va à nouveau augmenter en Suisse. Il passe à 1,75%. Ce qui ...
Les loyers risquent d'augmenter avec le taux hypothécaire

Le taux hypothécaire de référence va à nouveau augmenter en Suisse. Il passe à 1,75%. Ce qui implique que les loyers peuvent augmenter de 3% dès avril. Mais ce n’est pas forcément le cas pour tous les locataires. Explications

Le taux hypothécaire de référence augmente, les loyers potentiellement aussi. (Photo libre de droit) Le taux hypothécaire de référence augmente, les loyers potentiellement aussi. (Photo libre de droit)

C’est un nouveau coup porté au pouvoir d’achat. Les loyers risquent bel et bien d’augmenter en Suisse. L’Office fédéral du logement a annoncé ce vendredi une hausse du taux hypothécaire de référence qui s’établira à 1,75% à partir de ce samedi.


Quelle incidence sur les loyers ?

Le taux hypothécaire de référence, c’est l’indicateur utilisé en Suisse pour adapter les loyers. Un système qui a été instauré en 2008 et à l’époque, il était fixé à 3,5 %.

Ce vendredi, il passe de 1,5 à 1,75% et ça peut avoir une incidence sur les loyers. Cela dépend de quand le contrat de bail a été signé. Par exemple : si c’était en avril 2015, le taux de référence était de 2% et cela figure sur le contrat. Ensuite, le taux a baissé pour atteindre, début mars 2020, 1,25 %. Cela veut dire que les locataires peuvent demander, à chaque baisse, une diminution de loyer.

A présent, le taux remonte à 1,75%. A l’inverse, cela signifie que les propriétaires ont le droit d’augmenter les loyers de 3% dès le mois d’avril. Donc si un locataire paye 1'500 francs par mois, sans les charges, cela représente une possible augmentation mensuelle de 45 francs.


Baisse du taux dans le passé, mais pas des loyers

Ce que dénonce l’ASLOCA, l’association des locataires, c’est qu’alors que le taux hypothécaire de référence baissait, les loyers n’ont pas suivis… au contraire ils ont très souvent augmenté ! L’association des locataires avait calculé l’année dernière que depuis l’instauration du taux de référence en 2008, 78 milliards de francs de loyers avaient été payés en trop ! La faute à un mécanisme un peu pervers, selon Jonathan Gretillat. Cela se passe lors de changement de locataires explique le président de l’ASLOCA Neuchâtel.

Pour expliquer le fait que le taux de référence a beaucoup baissé depuis son introduction en 2008 jusqu’en 2020, le directeur de la Chambre immobilière neuchâteloise Yann Sunier rappelle que le taux hypothécaire n’est pas le seul élément qui entre en compte dans la fixation du loyer.

Une intervention de l’Etat pour contrôler les loyers ?

Pour s’assurer qu’en signant un contrat de bail, le loyer soit adapté au taux de référence et pas trop élevé, il faut avoir des informations sur le loyer que payait l’ancien locataire et sur le taux hypothécaire sur lequel s’appuyait ce loyer. Des vérifications difficiles à effectuer et c’est pour cela que bien souvent les locataires se sentent démunis, relève Jonathan Gretillat. Pour leur venir en aide, l’ASLOCA, tout comme l’Union syndicale suisse, demande une intervention de l’Etat.

Une intervention qui permettrait, selon l’ASLOCA et l’USS, de s’assurer que dans chaque bail conclu, le loyer soit correct. Une solution qui ne convainc pas Yann Sunier. Selon le directeur de la Chambre immobilière neuchâteloise, le droit du bail « protège déjà bien le locataire ».

En conclusion, lorsqu’un contrat de bail est signé, il est nécessaire de vérifier si le loyer n’est pas abusif et si c’est le cas, le contester. Et pour les personnes qui sont actuellement locataire, il est important de contrôler sur quel taux de référence le loyer est calculé. Et si ce dernier s’appuie sur un ancien taux de 2% ou plus, il est possible d’exiger une baisse de loyer. /lgn


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus