Les inondations pèsent encore lourd dans le budget de Cressier

Le budget 2024 de Cressier présente un déficit de quasiment 700'000 francs. Les inondations ...
Les inondations pèsent encore lourd dans le budget de Cressier

Le budget 2024 de Cressier présente un déficit de quasiment 700'000 francs. Les inondations de 2021 pèsent encore lourd dans les finances communales. Les travaux d’urgence ont tous été payés, mais leur remboursement limite la capacité d’investissement de la commune

Les inondations de juin 2021 pèsent encore lourd dans les finances communales de Cressier Les inondations de juin 2021 pèsent encore lourd dans les finances communales de Cressier

Les inondations de 2021 à Cressier pèsent encore sur le budget 2024 de la commune. Il présente un excédent de charges de presque 700'000 francs. Les travaux d’urgence réalisés suite à la catastrophe limitent la capacité d’investissement de la commune. Toutefois, des aménagements pour diminuer le risque d’inondation sont prévus, ce qui alourdit les comptes. Comme l’explique Michel Froidevaux, conseiller communal de Cressier en charge des finances : « (…). Maintenant que les travaux d’urgence sont faits, il faut s’attaquer aux protections des personnes et des biens du village. Ce sont des ouvrages qui vont être construits depuis le bassin versant jusqu’au village pour éviter le déferlement de boue, de pierres et d’arbres. (…). Le budget prévu, en discussion avec l’État, est d’environ 5 millions de francs. C’est ce qui est prévu pour les prochaines années. Sur les 5 millions que nous devrons emprunter pour effectuer ces travaux de protection contre les crues, la Confédération nous remboursera à hauteur de 35%, comme le Canton. Il restera 30% pour la commune de Cressier. On imagine bien que pour une petite commune, ces 30%, c’est énorme. »

Michel Froidevaux, conseiller communal de Cressier, en charge des finances

Les travaux d’urgence réalisés suite aux inondations ont été en partie payés grâce à des réserves. Mais ces prélèvements ont fortement impacté la capacité d’investissement de 2024, notamment à cause du frein à l’endettement. « Le frein à l’endettement est quelque chose de sévère. On a le droit de le faire sauter une fois par législature. C’est qu’on a fait la dernière année dans le cadre de la dernière législature. (…). Cela appartient à la nouvelle équipe de savoir s’ils vont faire sauter le frein à l’endettement. Ça dépendra de la manière, dont se dérouleront les travaux, s’ils se déroulent de manière rapprochée ou étalée dans le temps. Ce qui permettrait de mieux absorber ces 5 millions prévus de dépenses pour la protection de notre population. », explique Michel Froidevaux.

L’école est une charge importante dans budget 2024. Elle représente environ 2 millions sur un budget de plus de 9,5 millions de francs. La commune regrette également d’avoir perdu de l’argent dans la péréquation financière. /gpr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus