Etape importante pour la relance de la pisciculture d’Estavayer

Un cap a été franchi dans la remise en service de la pisciculture d'Estavayer. Le projet remanié ...
Etape importante pour la relance de la pisciculture d’Estavayer

Un cap a été franchi dans la remise en service de la pisciculture d'Estavayer. Le projet remanié a été mis à l'enquête vendredi

La pisciculture d'Estavayer a passé un cap dans sa relance. (Photo d'illustration) La pisciculture d'Estavayer a passé un cap dans sa relance. (Photo d'illustration)

La remise en état de la pisciculture d'Estavayer, au coeur ces dernières années d'une déconfiture financière qui a impliqué la création d'une commission d'enquête parlementaire, avance. Un projet réarrangé a été mis à l'enquête vendredi.

Selon la planification actuelle, en l’absence d’oppositions et sauf imprévu, la mise en service de la pisciculture, dépendante d’une fenêtre de production, est planifiée entre décembre 2024 et mai 2025. L’avant-projet a franchi "plusieurs pas en avant" ces derniers mois, a indiqué la Direction des infrastructures (DIME).

En avril, le Conseil d'Etat a ainsi choisi le mandataire chargé de l’étude, de la conception et de la réalisation du projet, précise le communiqué des services de la direction du conseiller d'Etat Jean-François Steiert. De plus, un projet remanié a fait l'objet d’un soutien unanime du comité de pilotage.

Au Grand Conseil à l'été

Les principales interventions porteront sur des aménagements, notamment avec la création de bassins extérieurs couverts et des interventions à l’intérieur du bâtiment existant en particulier sur des installations techniques et celles liées à la production des alevins, détaille la DIME.

Par la suite, l’élaboration de la demande de crédit additionnel selon l’Ordonnance sur les projets immobiliers importants de l'Etat et sur la Commission d'examen des projets immobiliers de l'Etat (OPIC) est prévue pour début 2024. Le passage devant le Grand Conseil interviendra pour sa part à l’été 2024.

Le projet de construction est mené par le Service des bâtiments au sein de la DIME), en collaboration avec le Service des forêts et de la nature au sein de la Direction des institutions, de l'agriculture et des forêts (DIAF). Un expert aquacole et un professionnel de la pêche accompagnent l’équipe de projet. /ATS-edr


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus