Vendanges : dernière ligne droite

Nous sommes à quelques encablures du coup d’envoi de la 96e Fête des vendanges de Neuchâtel ...
Vendanges : dernière ligne droite

Nous sommes à quelques encablures du coup d’envoi de la 96e Fête des vendanges de Neuchâtel. Pour certains, ce sera la dernière. Le Faylys démontera sa cabane au terme du week-end

Yves Kaltenrieder et d'autres bénévoles au moment de monter le stand à la rue du Temple-Neuf. Yves Kaltenrieder et d'autres bénévoles au moment de monter le stand à la rue du Temple-Neuf.

Les Neuchâtelois frétillent. Le coup d’envoi de la Fête des vendanges sera donné vendredi soir à 18 heures, une manifestation qui va réunir plus de 300'000 personnes d’ici dimanche soir pour déguster Œil, Chasselas et autres Pinot noir.

Et si vous êtes un habitué des Vendanges, vous avez probablement votre stamm, votre lieu de rendez-vous autour d’un stand. Au fil des ans, certaines associations décrochent une place – la liste d’attente est longue – d’autres tirent leur révérence. Cette année, c’est le cas du Faylys. L’équipe de copains qui tient cette cabane a décidé que cette édition serait sa dernière avec le stand situé à la rue du Temple-Neuf.

L’aventure a démarré en 2004. Quelques amis avaient souhaité apporter ce que Yves Kaltenrieder, responsable du bar, nomme « une touche neuchâteloise » dans ce coin de la cité.

D’un lieu de passage, la cabane du Faylys devient au fil du temps lieu de rendez-vous. On y a trouvé « tout notre univers », s’amuse Yves Kaltenrieder. Comme tout le monde, « on tournait dans la fête ». Avec le Faylys, « on avait un endroit où on voyait tout le monde passer ».

Au fil des années, ce stand s’est démarqué en proposant des cocktails en hommage à certaines personnalités de la ville et du canton. Et tout est parti d’une ancienne conseillère communale…

L’équipe du Faylys ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Surtout qu’il y avait de quoi faire, avec de l’inspiration servie sur des plateaux : « La ville et le canton nous ont offert passablement de sujets ». Ces personnalités l’ont-elles mal pris ? « Tous ne l’ont pas appris », nuance Yves Kaltenrieder.

Yves Kaltenrieder le concède : dimanche soir, au moment de ranger la cabane, il y aura une certaine émotion. En attendant, toute cette équipe de copains partageront sourire et surement quelques verres tout au long du week-end… au sud des Armourins. /aju


Actualisé le

Articles les plus lus