Quarante élèves ballotés entre deux structures d’accueil à Val-de-Ruz

La colère gronde à l’ouest du Val-de-Ruz. À la rentrée des vacances d’automne, une quarantaine ...
Quarante élèves ballotés entre deux structures d’accueil à Val-de-Ruz

La colère gronde à l’ouest du Val-de-Ruz. À la rentrée des vacances d’automne, une quarantaine d’écoliers partageront leur temps extrascolaire entre deux structures d’accueil, le Para’Chouette aux Geneveys-sur-Coffrane et les Bougillons à Coffrane

Certains élèves de l'ouest du Val-de-Ruz fréquenteront deux structures d'accueil parascolaire dans deux villages dès la rentrée des vacances d'automne. (Photo : archives) Certains élèves de l'ouest du Val-de-Ruz fréquenteront deux structures d'accueil parascolaire dans deux villages dès la rentrée des vacances d'automne. (Photo : archives)

La bonne nouvelle était tombée mi-août, les autorités de Val-de-Ruz annonçaient l’ouverture de Para’Chouette, une structure d’accueil parascolaire de 30 places pour la rentrée des vacances d’automne aux Geneveys-sur-Coffrane. La joie aura été de courte durée. Dans un courrier de la Commune daté du 7 septembre, les parents d’une quarantaine d’élèves du village ont appris que leurs enfants fréquenteraient dès le 16 octobre deux structures d’accueil : Le Para’Chouette et les Bougillons à Coffrane. Et ce, même si les représentants légaux avaient expressément inscrit leur progéniture à un seul endroit.

L’association de soutien au parascolaire des Geneveys-sur-Coffrane a vu rouge. Ses responsables se sont fendues d’un courrier aux autorités communales. La missive interroge : la commune a-t-elle pensé au bien-être des écoliers de 4 à 11 ans ballotés d’une place à l’autre ? À l’organisation familiale, où vais-je déposer mon enfant le matin, où est-ce que je le récupère le soir ? Aux déplacements à pied des écoliers (dont certains sont âgés de quatre ans) entre les deux villages qui réduisent d’autant le temps de pause à midi ?

Mélanie Fromaigeat, vice-présidente de l’association de soutien au parascolaire des Geneveys-sur-Coffrane : « C’est presque de la maltraitance »

Les inscriptions pour le Para’Chouette ont été lancées à la mi-août, avec un retour du formulaire pour le 28 du même mois. Au fil des jours, les autorités communales se sont rendu compte que les demandes n’étaient pas suffisamment nombreuses pour ouvrir toutes les plages horaires de la nouvelle structure. Décision a donc été prise de placer une quarantaine d’enfants entre Para’Chouette et les Bougillons.

Jean-Claude Brechbühler, conseiller communal responsable de l’éducation et de la jeunesse : « Il n’y avait pas assez d’enfants pour ouvrir la structure de Para’Chouette »

Il s’agissait aussi de répondre à une demande du Conseil général de Val-de-Ruz de ne pas faire péricliter les structures privées en privilégiant les publics, explique le conseiller communal en charge de l’éducation et de la jeunesse. Même s’il reconnait que la situation n’est pas idéale, Jean-Claude Brechbühler a tout de même le sentiment du devoir accompli, en offrant à chaque élève une place dans une structure d’accueil parascolaire. « Il n’y a pas d’enfant qui reste sur le carreau », se réjouit-il.

« Les enfants s’adaptent très très vite »

Quand les parents ont rempli les demandes d’inscription, à renvoyer à l’administration communale jusqu’au 28 août, la solution imaginée par les autorités n’était pas évoquée. Ce n’est que dans le courrier de confirmation de l’inscription, daté du 7 septembre, qu’ils ont été mis devant le fait accompli. D’aucuns pourraient trouver ça peu élégant à moins de deux semaines des vacances d’automne. Jean-Claude Brechbühler fait remarquer que les autorités ont travaillé à flux tendu durant l’été pour offrir suffisamment de place d’accueil aux enfants du Val-de-Ruz, au total 423 places dont 63 nouvellement créés.

« On a respecté ce qu’on a dit »

La bonne nouvelle, c’est que cette solution de structure d’accueil multisite ne pourrait être que transitoire. Le village des Geneveys-sur-Coffrane devrait se développer ces prochaines années grâce notamment à des projets immobiliers. Le nombre d’inscriptions pour le Para’Chouette devrait donc augmenter à l’avenir et la structure pourrait être ouverte toute la journée. /cwi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus