Un coin ados à la biblio

Trop vieux pour la bibliothèque des jeunes, pas encore à l’aise au milieu des rayonnages destinés ...
Un coin ados à la biblio

Trop vieux pour la bibliothèque des jeunes, pas encore à l’aise au milieu des rayonnages destinés aux adultes, les ados peinent parfois à trouver leur place. La bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds a créé un espace qui leur est dédié

Responsable de l'accueil à la bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, Christine Prêtre a participé à la création de l'espace ados. Responsable de l'accueil à la bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, Christine Prêtre a participé à la création de l'espace ados.

Les bibliothèques ne sont plus des lieux austères, poussiéreux et silencieux. Au 21e siècle, ces temples de la connaissance et de la littérature se veulent des endroits de rencontres et d’échanges ouverts à tous.

La Chaux-de-Fonds l’a bien compris, à la bibliothèque de la Ville, les adolescents bénéficient depuis le début du mois de juin d’un espace dédié, avec canapé, tables basses, poufs, livres, magazines et même une console de jeux vidéo. Un objet qui a toute sa place dans une bibliothèque, en particulier celle de la Métropole horlogère, estime Christine Prêtre, la responsable de l’accueil. L’institution a été une des premières de Suisse romande à proposer des jeux vidéo, rappelle-t-elle. La console était une suite logique.

« Les premières semaines, c’était rempli »

C’est en remarquant que des groupes de jeunes se retrouvaient à la cafétéria que les responsables de l’institution ont eu l’idée de leur dédier un espace. Pour l’aménager, ils se sont inspirés des questionnaires remplis pendant les visites de classes. L’espace ados est cosy, convivial et coloré, et les jeunes l’ont tout de suite adopté.

« Ils se sont tout de suite approprié l’espace »

La cohabitation entre les différents publics de la bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds se passe plutôt bien. Quelques usagers ont été un peu heurtés par cet espace ados et le bruit qui parfois s’en échappe. Les responsables les ont redirigés vers la salle de lecture du 2e étage, un endroit silencieux.

« On peut trouver sa place chez nous que l’on ait envie de silence ou qu’on ait envie de pipeletter » 

Après la maison, le travail ou l’école, la bibliothèque officie comme un troisième lieu de vie, explique Christine Prêtre, ouvert à tous, sans jugement ni restriction. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus