Quatre étangs pour sauver les batraciens

L’aménagement de quatre plans d’eau au Loclat est soumis à l’enquête publique en ce moment ...
Quatre étangs pour sauver les batraciens

L’aménagement de quatre plans d’eau au Loclat est soumis à l’enquête publique en ce moment. La protection des œufs des amphibiens n’est pas optimale dans le lac de St-Blaise

L'aménagement de quatre plans d'eau est planifié à côté du Loclat. L'aménagement de quatre plans d'eau est planifié à côté du Loclat.

Des étangs pour favoriser la reproduction des batraciens. C’est la raison qui pousse le Service de la faune, des forêts et de la nature à planifier l’aménagement de quatre plans d’eau à côté du Loclat. Ces environnements se situeraient à l’est et au sud du petit lac de St-Blaise. Une enquête publique est lancée jusqu’au 19 décembre.

D’autres étangs déjà existants sur place doivent être curés d’ici la fin de l’année, afin créer un espace assez grand pour les amphibiens. Ces derniers sont bien installés dans le site d’importance nationale. Mais les poissons du Loclat présentent un risque pour les œufs et les têtards des batraciens. Les nouveaux étangs permettraient de les laisser grandir en toute sécurité.

Marie-France Cattin, collaboratrice scientifique en charge des réserves naturelles du Littoral et du Val-de-Ruz :

« L’idée, c’est de créer de nouveaux milieux dans lesquelles les larves pourront se développer correctement. »

Ces quatre étangs mesureront entre 30 et 40m2, leur aménagement devrait se faire début 2023. Les batraciens pourraient alors s’y installer entre le printemps et l’été.


Aménagement sur le Littoral et au Val-de-Ruz

Ce n’est pas le seul site du canton où le Service de la faune, des forêts et de la nature est actif, il y a d’autres sites d’importance nationale. Un nouvel étang à Planeyse à Colombier devrait être terminé d’ici la fin de l’année. Un autre plan d’eau a déjà été réalisé au Bois du Clos à Coffrane.

Marie-France Cattin, collaboratrice scientifique : « Les chiffres montrent globalement une baisse du nombre d’amphibiens. »

« Les chiffres montrent globalement une baisse du nombre d’amphibiens. »

Ces aménagements doivent permettre de compenser la baisse du nombre de batraciens constatée ces dernières années. /swe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus