Conseil d'Etat interpellé sur l'agrandissement d'une porcherie

Le projet d'agrandissement d'une halle d'engraissement située aux Ponts-de-Martel a suscité ...
Conseil d'Etat interpellé sur l'agrandissement d'une porcherie

Le projet d'agrandissement d'une halle d'engraissement située aux Ponts-de-Martel a suscité des questions au Grand Conseil neuchâtelois mercredi. Le conseiller d'Etat Laurent Favre estime qu'il permettrait d'augmenter la production locale

Le Conseil d’État a été interpellé ce mercredi concernant l'agrandissement d'une porcherie située aux Ponts-de-Martel (Photo : KEYSTONE/AP/M.L. JOHNSON) Le Conseil d’État a été interpellé ce mercredi concernant l'agrandissement d'une porcherie située aux Ponts-de-Martel (Photo : KEYSTONE/AP/M.L. JOHNSON)

L'agrandissement d'une halle d'engraissement des porcs aux Ponts-de-Martel, qui devrait contenir à terme 1670 bêtes, a suscité des questions au Grand Conseil. Le conseiller d'Etat Laurent Favre a estimé que ce projet va favoriser les circuits courts.

Le projet d'agrandissement de la porcherie des Ponts-de-Martel, qui devrait passer de 550 à 1670 bêtes, va permettre d'augmenter la production locale, a déclaré mardi Laurent Favre, en réponse à une question de la Verte Cloé Dutoit. L'abattoir est situé dans la même commune et les boucheries pourront utiliser la viande pour produire le saucisson neuchâtelois IGP.

La production de petit lait des fromageries locales sera aussi valorisée en circuits courts, a ajouté le conseiller d'Etat en charge de l'environnement. Idem pour le lisier, qui va nettement croître. L'augmentation de la fumure sera compensée par l'abandon d'achat d'engrais de synthèse, qui souvent sont importés, a ajouté Laurent Favre. Une partie du lisier sera aussi acheminée par tuyau à des agriculteurs et pas par tracteur.


Pétition lancée

Le conseiller d'Etat a rappelé que le nombre de porcs dans le canton a diminué, passant de 13'800 à 10'700 de 2000 à 2020. Même avec l'agrandissement aux Ponts-de-Martel, la tendance est à une stabilisation à la baisse. Laurent Favre a précisé que les cochons seront gardés selon des critères de détention respectueux des animaux.

A l'annonce de la mise à l'enquête publique de l'agrandissement de la porcherie, une pétition a été lancée. Cette dernière est notamment soutenue par le collectif Les 1800 sans Nom, constitué dans le but de s'opposer à l'agrandissement d'élevage. /ATS-aba


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus