Neuchâtel ouvre un 3e centre d'hébergement collectif

Le canton de Neuchâtel ouvre une 3e structure d'hébergement collectif pour répondre à l'afflux ...
Neuchâtel ouvre un 3e centre d'hébergement collectif

Le canton de Neuchâtel ouvre une 3e structure d'hébergement collectif pour répondre à l'afflux de réfugiés en lien avec la guerre en Ukraine. En plus de Tête de Ran et de Couvet, un centre sera ouvert à Perreux, sur la commune de Boudry, dans un bâtiment qui appartient à l'Etat.

Le nouveau centre d’hébergement collectif prendra place à Perreux, non loin du centre d'asile fédéral. Le nouveau centre d’hébergement collectif prendra place à Perreux, non loin du centre d'asile fédéral.

Un troisième centre d’hébergement collectif. Neuchâtel ouvre une autre structure, qui vient s’ajouter à ceux de Tête de Ran et Couvet. Le centre prendra place à Perreux, dans un bâtiment qui appartient à l’État.

Actuellement, 1041 réfugiés ukrainiens sont actuellement accueillis dans le canton de Neuchâtel. Sur ce nombre, 11% sont hébergés dans les centres d’hébergement collectifs, 31% dans des appartements gérés par l'office social de l'asile en second accueil et 58% en familles d’accueil, a indiqué jeudi le canton.

Même si le nombre d’arrivées a ralenti ces dernières semaines, un afflux supplémentaire est attendu à l'automne. Neuchâtel pourrait alors accueillir un total de 1700 à 2400 personnes, a précisé le canton.

Les deux centres neuchâtelois de premier accueil, Tête de Ran et Couvet, sont aujourd'hui occupés au maximum de leur capacité. Face à cette situation et afin d'anticiper une augmentation probable du nombre de personnes à accueillir dans le canton, le Conseil d'État a validé la mise en exploitation progressive d’une structure d'hébergement collectif supplémentaire à Perreux.

600 réfugiés dans des familles

Le nouveau centre collectif offre une capacité d’accueil de 130 places et la scolarisation des enfants y sera assurée. En parallèle, le service des migrations « ne ménage pas ses efforts pour trouver des appartements », a ajouté le canton.

Près de 250 foyers neuchâtelois hébergent quelque 600 réfugiés en provenance d'Ukraine. La Croix-Rouge neuchâteloise continue à venir en appui des familles d’accueil en lui offrant gratuitement et de manière confidentielle un espace professionnel d'écoute, de conseil, d'orientation et de médiation. Un site internet dédié a été créé afin de rassembler les renseignements prioritaires.

De son côté, la Plateforme précarité continue son mandat de coordination des actions citoyennes en lien avec la situation ukrainienne. Les différentes associations et services publics du canton sont actuellement approchés afin de répertorier les offres et les besoins existants.

Une extension de la plateforme en ligne ensemble-ne.ch est en cours d'élaboration et sera disponible en septembre. Elle se fera le relais des informations pratiques sur différentes thématiques comme l'hébergement, l'apprentissage du français, ou encore l'éducation.

Les cours de français sont plébiscités par les Ukrainiens. Au total, 318 bénéficiaires suivent actuellement un cours du dispositif. Certains ont même débuté leur 3e session. Une quarantaine de bénéficiaires sont en attente d’ouverture d’une classe. À l'école obligatoire, environ 200 enfants ukrainiens ont fait leur rentrée scolaire lundi dans les classes neuchâteloises. /ATS-elc


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus