Des bénévoles neuchâtelois pour épauler des réfugiés

Caritas a mis sur pied un programme au mois de mai qui a permis la création de dix binômes ...
Des bénévoles neuchâtelois pour épauler des réfugiés

Caritas a mis sur pied un programme au mois de mai qui a permis la création de dix binômes

Luc Allemand (à gauche) s'est porté bénévole pour épauler Vitalii et Kseniia. Tous deux ont fui l'Ukraine ce printemps. Luc Allemand (à gauche) s'est porté bénévole pour épauler Vitalii et Kseniia. Tous deux ont fui l'Ukraine ce printemps.

Aider un réfugié à découvrir son nouveau lieu de vie. Caritas a développé un programme avec des bénévoles intitulé Arrivée dans le canton de Neuchâtel. Il a été mis sur pieds en lien avec la guerre Ukraine, mais s'adresse à tous les réfugiés. La personne de référence est invitée à faire découvrir à son binôme les lieux utiles et à favoriser son intégration dans la vie de tous les jours.

Depuis le lancement du projet en mai, dix bénévoles se sont lancés dans l’aventure.

Parmi eux figure Luc Allemand qui accompagne Vitalii et Kseniia, deux Ukrainiens qui ont fui la ville de Severodonetsk au printemps et qui vivent actuellement à Saint-Blaise. 

« Ils ont différents objectifs et je les aide à les réaliser »

Luc Allemand soutient Vitalii et Kseniia dans leurs démarches administratives, leur montre comment prendre des tickets de bus et les aide dans leur apprentissage du français. Ensemble, ils échangent en russe également. Luc Allemand :

« On apprend tous »

Luc Allemand avait réalisé un voyage à vélo il y a quatre ans, qui l'a conduit en Ukraine, devenu depuis son pays de coeur. C'est à cette période qu'il a commencé à apprendre le russe. Il n’est toutefois pas nécessaire de maîtriser cette langue pour se lancer dans l’aventure. Caritas est encore à la recherche d’une quinzaine de bénévoles pour accompagner des réfugiés dans leur nouvelle vie neuchâteloise. Sébastien Winkler, chargé de communication chez Caritas Neuchâtel :

« Beaucoup d’aspects humains »

Une coordinatrice accompagne les binômes et un bilan est tiré après trois mois.

Ce projet, qui est ouvert à tout nouvel arrivant, est un prolongement du programme Link de Caritas, destiné à favoriser l’intégration des réfugiés. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus