Une Vallonière se rend en Bolivie pour lutter contre les violences de genre

Maria Elena Sartorio, habitante de Fleurier, s’est envolée mercredi passé en direction de Cochabamba ...
Une Vallonière se rend en Bolivie pour lutter contre les violences de genre

Maria Elena Sartorio, habitante de Fleurier, s’est envolée mercredi passé en direction de Cochabamba pour venir en aide aux femmes victimes de violence. Son engagement devrait durer trois ans

María Elena Sartorio s'est engagée à défendre la cause des femmes en Bolivie durant trois ans. Son mari (à droite) ne l'accompagnera pas durant son séjour à Cochabamba. (Photo : Comundo) María Elena Sartorio s'est engagée à défendre la cause des femmes en Bolivie durant trois ans. Son mari (à droite) ne l'accompagnera pas durant son séjour à Cochabamba. (Photo : Comundo)

Quitter une vie douillette en Suisse pour lutter contre les violences de genre dans un autre pays. Voilà le défi que s’est lancé une Fleurisane aux côtés de l’organisation Comundo. María Elena Sartorio a pris un vol mercredi passé pour la Bolivie. Cette travailleuse sociale s’est engagée à travailler durant trois ans avec l’organisation partenaire Infante en faveur des femmes battues.

Son projet consiste à élaborer et à diriger des actions et des formations de prévention destinées aux services publics de Cochabamba, une ville de 1,5 million d’habitants. « Si tout le monde était conscient des dégâts (de la violence de genre), on pourrait éviter bien des féminicides », affirme la Vallonnière.

María Elena Sartorio est originaire du Paraguay. Elle s’est installée en Suisse en 2014 à Fleurier. Cette mère de quatre enfants pourra s’appuyer sur sa formation de travailleuse sociale et sur son expérience dans les différents combats pour la cause des femmes. Son credo personnel ? « Créer des alternatives permettant d’améliorer la qualité de vie des personnes en situation de vulnérabilité ».

María Elena Sartorio :

Comundo se décrit comme « la plus grande organisation suisse de coopération au développement par l’échange de personnes ». Elle est active dans sept pays d’Amérique latine et d’Afrique, en participant notamment à des projets de développements aux côtés d’une longue liste de partenaires.

L’organisation Infante, qui accueillera María Elena Sartorio durant son périple, promeut « l’intégrité des femmes, enfants, adolescentes ou adultes ». Elle s’inquiète « des violences qu’elles subissent de manière massive », peut-on lire dans un communiqué. /dsa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus