GRRIF va se séparer de ses animateurs

La dernière-née des radios de l’Arc jurassien prévoit de se séparer de ses animateurs d’ici ...
GRRIF va se séparer de ses animateurs

La dernière-née des radios de l’Arc jurassien prévoit de se séparer de ses animateurs d’ici la fin de l’année. Le groupe BNJ espère offrir une alternative d'emploi aux animateurs au sein du groupe

Grrif entend poursuivre la même ligne musicale. Grrif entend poursuivre la même ligne musicale.

La radio GRRIF, qui appartient au groupe BNJ détenant également RTN, RFJ et RJB, va se séparer de ses trois animateurs d'ici à la fin de l'année. La chaîne, qui compte 26'000 auditeurs par jour, a pris cette décision pour des raisons économiques en lien avec la baisse de recettes publicitaires liées au Covid. Patron du groupe BNJ, Pierre Steulet énumère les raisons économiques qui poussent la direction à prendre ces mesures :

« On va essayer d'offrir une alternative d'emploi aux animateurs au sein du groupe », a déclaré jeudi à Keystone-ATS Matthieu Aubert, co-directeur de BNJ, confirmant une information du Temps. La radio GRRIF, qui a fêté ses dix ans, va continuer à offrir 30 minutes d'informations régionales par jour, des chroniques et à faire des partenariats, avec des festivals notamment.

La chaîne va se rapprocher du modèle de la radio fribourgeoise Fresh ou de la valaisanne Vertical, qui tournent toutes deux sans animation. « Nous n'avons aucune intention d'arrêter GRRIF et on va continuer la même ligne musicale », a ajouté Matthieu Aubert. En fêtant les dix ans dans plusieurs villes romandes, « on a vu l'attachement fort du public », a-t-il précisé. C'est donc avec un pincement au coeur que la direction a pris cette décision. Pierre Steulet :

GRRIF a une concession de l'OFCOM jusqu'à fin 2024. Elle pourrait la perdre, selon les scénarios envisagés. La réponse de l'OFCOM est attendue pour cet automne. /ats-aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus