Boom des cérémonies laïques

En matière de célébrations, les mariés ne misent plus forcément sur des cérémonies religieuses ...
Boom des cérémonies laïques

En matière de célébrations, les mariés ne misent plus forcément sur des cérémonies religieuses. Mêmes constations faites lors de funérailles. Les officiants laïques ont gagné du terrain ces dernières années, ce qui force les églises à se réinventer

Dans le canton de Neuchâtel, les cérémonies laïques sont de plus en plus répandues. (Photo: illustration) Dans le canton de Neuchâtel, les cérémonies laïques sont de plus en plus répandues. (Photo: illustration)

Célébrer les grandes étapes de la vie sans passer par la case « église », c’est de plus en plus populaire. Que ce soit pour les mariages ou les obsèques, l’Eglise évangélique réformée du canton de Neuchâtel (EREN) ainsi que l’Eglise catholique constatent un ralentissant de leurs engagements. Les baptêmes restent par contre une célébration typiquement religieuse.


Moins de mariages et d’obsèques

Concernant les funérailles, ce sont certaines entreprises de pompes funèbres qui concurrencent ces Eglises. Dans le domaine du mariage, le métier d’officiant de cérémonie laïque prend de plus en plus de terrain, en tout cas dans le canton de Neuchâtel. Pour ne pas se laisser distancer, l’EREN est en train de mener des réflexions afin de se remettre rapidement à la page. Yves Bourquin, président du Conseil synodal de l’Eglise évangélique réformée du canton de Neuchâtel :

Du côté de l’Eglise catholique, la baisse constatée ces dernières années a encore été mise à rude épreuve par le Covid, selon le représentant de l'évêque dans le canton de Neuchâtel, Romuald Babey. Pour rassembler à nouveau les fidèles, des messes régionales sont mises en place notamment à La Chaux-de-Fonds. Les jeunes ont aussi leur propre regroupement, un dimanche soir par mois à Neuchâtel. Des événements qui doivent continuer de fidéliser les catholiques autour de leur Eglise.


Les cérémonies laïques sortent gagnantes

Dans le canton de Neuchâtel, Paloma Lopez et Cinzia Nori sont officiantes de cérémonie laïque depuis peu, avec leur nouvelle entreprise « frésame mucho ». Elles ont tout de suite eu l’impression de répondre à une demande, avec des couples athées, non-pratiquants ou de religions différentes, à la recherche de cérémonies « plus neutres ». Paloma Lopez, co-fondatrice de « frésame mucho » :

Le duo de « frésame mucho » entend d’ailleurs continuer de développer son métier, encore peu connu en Suisse. Les deux jeunes femmes lanceront prochainement une formation en ligne d’officiants laïques. /swe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus