Débardage à cheval: retour d'une méthode ancestrale à Neuchâtel

Un savoir-faire d’autrefois pour répondre aux besoins d’aujourd’hui. Les forestiers neuchâtelois ...
Débardage à cheval: retour d'une méthode ancestrale à Neuchâtel

Un savoir-faire d’autrefois pour répondre aux besoins d’aujourd’hui. Les forestiers neuchâtelois réalisent ces jours la première opération de débardage avec des chevaux dans certaines zones de la région. Une méthode qui n’avait pas été réalisée depuis 40 ans

Les meneurs veillent à ce que leurs chevaux effectuent le débardage sans trop de difficultés. Les meneurs veillent à ce que leurs chevaux effectuent le débardage sans trop de difficultés.

L’écosystème forestier remet la traction animale sur le devant de la scène. Les chevaux remplaceront désormais les machines lors de travaux particuliers sur les hauteurs de Neuchâtel. Les animaux franc-montagnards et comtois déplacent des troncs abattus de la forêt qui jouxte la Pinte de Pierre-à-Bot et le Jardin botanique ces jours-ci. Si les machines restent nécessaires pour de nombreux travaux en forêt, pour certaines zones, cette méthode traditionnelle est bien plus adéquate. Mauro Moruzzi, conseiller communal en charge du dicastère du développement durable :

Cela faisait plus de 40 ans que le débardage à cheval n’avait pas été réalisé dans la région. Ces exécutions servent alors de test pour de prochains travaux forestiers avec les animaux.

Les explications de Jan Boni, ingénieur forestier et chef de l'Office cantonal des forêts

Ces opérations sont les deux seules effectuées cette année sur les hauteurs de Neuchâtel. Elles s’inscrivent dans une vision de durabilité et de respect de l’environnement. La méthode sera dorénavant utilisée dans des zones difficiles d’accès. /jga


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus