Zenith a réalisé une année 2021 record

La marque horlogère du Locle est de plus relativement optimiste pour cette année. Elle anticipe ...
Zenith a réalisé une année 2021 record

La marque horlogère du Locle est de plus relativement optimiste pour cette année. Elle anticipe un exercice 2022 dynamique, grâce notamment aux nouveaux produits

Zenith (ici le modèle Defy Lab) a réussi une excellente année 2021. (Photo : archives) Zenith (ici le modèle Defy Lab) a réussi une excellente année 2021. (Photo : archives)

La marque horlogère Zenith a réalisé en 2021 une année record au niveau des recettes. Nonobstant les défis liés à la pandémie de coronavirus, la manufacture du Locle anticipe un exercice 2022 très dynamique, grâce notamment aux nouveaux produits.

« Nous avons enregistré une hausse du chiffre d'affaires à deux chiffres sur deux ans et à trois chiffres par rapport à 2020. Et la rentabilité a atteint un niveau fantastique », indique à AWP Julien Tornare, le directeur général, en marge du salon horloger numérique LVMH Watch Week, événement au cours duquel les maisons horlogères du géant du luxe français présentent leurs nouveautés.

Comme le secteur horloger suisse dans son ensemble, la griffe avait essuyé en 2020 une chute de ses recettes en raison du coronavirus, la manufacture et les boutiques ayant partiellement été fermées dans de nombreux pays en raison des confinements imposées pour endiguer le Covid-19. Par ailleurs, le manque de touristes avait également lourdement pesé.

Se remettant complètement de la crise sanitaire, les exportations horlogères suisses ont aussi atteint un niveau record l'an dernier. Les livraisons se sont hissées à 22,3 milliards de francs, 31,2% de plus qu'en 2020. Au regard de 2019, année précédant la pandémie de coronavirus, elles ont crû de 2,7%.

« Au cours de ce salon, nous avons reçu de très bons retours sur notre nouvelle montre lancée, la Defy Skyline, et cela nous permet d'être très optimistes pour 2022. Notre défi va plutôt être la production car la demande est très forte », souligne celui qui a pris les rênes de l'entreprise en 2017.

Pour un de ses produits clés, lancé en 2021, la Chronomaster Sport, les clients désirant en acquérir une doivent actuellement patienter entre quatre à six mois.

Zenith, à l'image de l'économie suisse dans son ensemble, doit faire face à l'absence de collaborateurs et collaboratrices en raison du Covid-19 et des goulets d'étranglement liés à la chaîne d'approvisionnement.

« En 2021, nous avons produit environ 20'000 garde-temps et nous espérons rapidement monter sur 22'000-24'000 unités », relève le patron, tout en faisant remarquer que ses équipes étaient très soudées. « Sans qu'on ne leur ait demandé, nous avons beaucoup de volontaires pour venir travailler les samedis afin de compenser les heures de leurs collègues en quarantaine. »


Hausse des prix envisagée

Le renchérissement des matières premières et des coûts de transport, les variations au niveau des taux de changes des principales devises devraient par ailleurs amener Zenith, comme nombre de ses concurrents, à relever ses prix en 2022 d'environ 4-5% au maximum. « Nous voulons essayer de contenir ces hausses, car il est important de garder une certaine cohérence entre les coûts et le prix final », affirme le directeur général de la marque dont les prix moyens oscillent maintenant autour de 10'000 francs.

Tout en renforçant son partenariat avec des détaillants les plus performants, la filiale de LVMH compte en outre réduire à moyen terme ses points de vente pour les ramener à environ 500 contre 550 en 2021. La marque dispose en outre de 30 boutiques monomarques au niveau global.

Sur des marchés clés comme la Chine, où les ventes ont doublé l'année dernière, et les Etats-Unis qui ont vu leurs recettes tripler, Zenith veut cependant renforcer sa présence.

« Nous avons même réussi à engranger en Europe une amélioration des ventes à un chiffre, malgré l'absence de touristes », confie l'ancien cadre de la marque Vacheron Constantin.

Les ventes en ligne qui contribuent à 8% des recettes devraient par ailleurs continuer à se développer, 22 nouveaux marchés devant être munis d'une plateforme e-commerce en 2022. /ATS-cer



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus