Les Val’ fêtent leurs cinq ans

Depuis janvier 2017, les Vallonniers ont pris l’habitude d’utiliser les billets de 20 Val’ ...
Les Val’ fêtent leurs cinq ans

Depuis janvier 2017, les Vallonniers ont pris l’habitude d’utiliser les billets de 20 Val’. Lancée par l’association des commerçants, la monnaie locale doit aussi son succès à la pandémie de Covid-19

Payer en Val' au Val-de-Travers, c'est possible depuis 5 ans. (photo:archives) Payer en Val' au Val-de-Travers, c'est possible depuis 5 ans. (photo:archives)

« Je peux payer en Val’ ? » Une question qui ne se pose presque plus dans les commerces du Val-de-Travers. La monnaie locale fête ses cinq ans en ce début 2022. Rares sont les commerces de la vallée qui refusent les billets de 20 Val’. Au fil des années, ils se sont installés dans les portes-monnaies de manière durable. Pourtant ils viennent de loin : les premières coupures sont sorties de presse en décembre 2016, il y avait alors 1000 exemplaires. Une collaboration entre la toute jeune association de commerçants Val’Action et la commune de Val-de-Travers a permis la création de cette nouvelle monnaie.

Fin 2017, on comptait 2000 billets imprimés. Et puis la pandémie a débarqué en mars 2020, entrainant solidarité et flou quant au commerce de proximité. Boostée par les soutiens et les demandes, Val’action a imprimé 8'500 nouveaux billets en 2020. Le chiffre a même atteint 10'000 en 2021. Aujourd’hui l‘équivalent de 400'000 francs suisses existe sous forme de billets de 20 Val', soit 20'000 coupures.

Fabien Currit, président de Val’Action : « C’est parti d’un billet de Monopoly exotique, c’est devenu un billet reconnu »

Cinq ans de vie, c’est un anniversaire assez commun à fêter en tant que monnaie locale en Suisse. C’est en tout cas l’avis de Christoph Stamm, expert dans le domaine et auteur d’une étude sur les dynamiques des monnaies locales suisses. Il explique que le succès de telles initiatives n’est pas toujours garanti. Il dépend de l’identité régionale là où est lancé le projet. Plus elle est forte, plus la longévité de la monnaie est importante car la population connait les enjeux de sa région et de ses commerces de proximité.

La taille du territoire et le nombre d’habitants concernés ne jouent par contre pas forcément un rôle : une monnaie locale pourrait très bien fonctionner dans un petit village afin de sauver une épicerie.

Christoph Stamm, expert en monnaie locales suisses : « Si les gens s’identifient à leur région, il y a plus de chances de succès »

Christoph Stamm estime aussi que 5 ans, c’est le bon moment pour lancer de nouveaux projets. Ça tombe bien, le président de Val’Action Fabien Currit explique que plusieurs idées sont « en gestation » actuellement. Pour les réaliser, il manque des forces vives. /swe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus