Etape franchie pour l’écoquartier du Landeron

Le Conseil d’Etat neuchâtelois a donné son feu vert au plan spécial des Pêches-derrière-l’Eglise ...
Etape franchie pour l’écoquartier du Landeron

Le Conseil d’Etat neuchâtelois a donné son feu vert au plan spécial des Pêches-derrière-l’Eglise au Landeron. Un pas de plus vers la réalisation d’un projet immobilier bloqué depuis plus d’une décennie.

Le projet comporte 126 logements (photos : Pierre Liechti & Associés) Le projet comporte 126 logements (photos : Pierre Liechti & Associés)

Après plus de treize ans, le dossier des Pêches-derrière-l’Eglise semble être sur le point de se débloquer. Imaginé en 2008, le projet de nouvel écoquartier du Landeron prévoit la création de 126 logements. Il s'agit du plus gros projet immobilier de la commune depuis les années 1970. La semaine dernière, le Conseil d’Etat neuchâtelois a approuvé le plan spécial adopté par le Conseil communal du Landeron en 2010, et modifié en 2017.

Un pas de plus vers la réalisation d’un dossier embourbé depuis de longues années, en particulier en raison de procédures judiciaires. A l’origine, la fin du chantier était programmée pour le printemps 2014. Là, on est en 2022 et le premier coup de pioche n’a pas encore été donné.


Le peuple avait dit oui

Les citoyennes et citoyens du Landeron se souviennent peut-être avoir voté au sujet des Pêches-derrière-l’Eglise. C’était en novembre 2010, et à une majorité des deux tiers, ils avaient accepté de modifier le plan d’aménagement pour réaliser le projet. Restaient les oppositions d’habitants du voisinage. Une procédure qui est montée jusqu’au Tribunal fédéral et qui s’est prolongée jusqu’en avril 2021.

Mais ce n’est pas terminé. A présent, c’est au permis de construire que les riverains s’opposent. La procédure est lancée et elle suit son cours. Le Conseil communal ne pense pas toutefois qu’elle dure aussi longtemps que la précédente, la plupart des objections soulevées ayant déjà reçu leurs réponses lors de l’examen du plan d’aménagement. Le Conseil communal a toujours soutenu le projet. Il y voit en particulier l’occasion d’attirer de nouveaux contribuables. A terme, il espère que Le Landeron atteigne le seuil de 5'000 habitants. Le quartier des Pêches-derrière-l’Eglise est prévu pour accueillir 330 personnes.


Intérêt archéologique

Mais un autre aspect doit être traité. Il concerne l’intérêt archéologique du site. Celui-ci pourrait contenir des vestiges néolithiques. Le promoteur, Merse Immobiliers B, a adressé il y a trois semaines une proposition au Conseil d’Etat pour donner aux archéologues un accès partiel au chantier. Si cette solution est acceptée, elle ne devrait pas occasionner de complications disproportionnées, selon le groupe basé à Bienne. Une décision à ce sujet pourrait tomber ces prochains jours. /jhi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus