Des arrêts de bus sans obstacles pour les malvoyants

Dans le canton de Neuchâtel, les aménagements des arrêts de bus ou des gares tiennent compte ...
Des arrêts de bus sans obstacles pour les malvoyants

Dans le canton de Neuchâtel, les aménagements des arrêts de bus ou des gares tiennent compte des besoins des personnes en situation de handicap visuel, mais il y a tout de même des aspects à améliorer. Un guide vient de paraître au niveau suisse afin de servir de référence

Patrick Mercet et son chien nous amènent devant la ligne de guidage qui mène à un poteau métallique. Patrick Mercet et son chien nous amènent devant la ligne de guidage qui mène à un poteau métallique.

Quand une personne malvoyante prend le bus, la situation peut parfois s’apparenter à une course d’obstacles.

La Fédération suisse des aveugles et malvoyants vient de publier un guide, en partenariat avec l’Union des transports publics. Un document de référence qui doit permettre aux pouvoirs publics de construire et d’aménager des arrêts ou des gares qui tiennent compte des besoins des personnes handicapées de la vue. Les lignes de guidage au sol, des marquages, l’usage du braille et la suppression des obstacles font partie des priorités.

Neuchâtel s’en sort bien

Le canton de Neuchâtel fait plutôt figure de bon élève. En règle générale, la situation y est jugée satisfaisante par les milieux concernés. Il y a tout de même des aspects à améliorer. Nous nous sommes rendus sur la place Pury, à Neuchâtel, en compagnie de Patrick Mercet, le président de la section neuchâteloise de la Fédération suisse des aveugles et des malvoyants. Avec lui et son chien-guide, on suit une des lignes de guidage qui sillonnent la place, une ligne qui s’arrête… devant un poteau métallique. Patrick Mercet :

Pour que les aménagements liés aux transports publics soient adaptés aux personnes en situation de handicap de la vue, il est impératif que toute une série d’étapes se déroulent sans accroc : la conception de l’arrêt, la consultation d’informations, l’accès au véhicule, etc… Le simple fait d’acheter un titre de transport, ça n’est pas toujours facile. Patrick Mercet :

En novembre de l’année dernière, le Grand Conseil neuchâtelois a accepté une loi sur l’autonomie des personnes en situation de handicap. Elle introduit entre autres la création d’un poste de préposé à l’inclusion. Par ailleurs, la Loi fédérale sur l'égalité pour les handicapés exige qu'à partir de 2024, toutes les personnes puissent utiliser les transports publics sans discrimination. /jhi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus