En 1882, Neuchâtel se distinguait déjà en matière de vaccination

Le canton de Neuchâtel affiche le plus haut taux de personnes vaccinées contre le Covid-19 ...
En 1882, Neuchâtel se distinguait déjà en matière de vaccination

Le canton de Neuchâtel affiche le plus haut taux de personnes vaccinées contre le Covid-19 en Suisse. Au XIXe siècle, les Neuchâtelois avaient été les seuls à accepter une loi sur les épidémies

La loi de 1882 voulait imposer la vaccination contre la variole. (Photo: swissvotes) La loi de 1882 voulait imposer la vaccination contre la variole. (Photo: swissvotes)

Le canton de Neuchâtel continue de caracoler en tête des cantons suisses avec le plus haut taux de personnes vaccinées contre le Covid-19. À l’heure actuelle, 71% de la population neuchâteloise a reçu au moins une dose, alors que la moyenne suisse se situe à 67%.

Cette adhésion à la vaccination n’est pas nouvelle, car les Neuchâtelois y sont globalement favorables depuis…1882. Cette année-là, le peuple suisse avait dû s’exprimer sur une loi sur les épidémies. Le texte contenait notamment une obligation de vaccination contre la variole, pour tous les enfants avant l’âge de deux ans. Il n’avait pas rencontré un grand succès, puisque le peuple suisse l’avait rejeté à près de 79%. Mais le canton de Neuchâtel était le seul à avoir dit oui, à 64,3%.

Au cours de l'histoire, les Suisses ont été amenés plusieurs fois à se prononcer dans les urnes au sujet de mesures gouvernementales pour lutter contre les épidémies. En 1913, ils se sont exprimé sur un arrêté fédéral concernant la lutte contre les maladies humaines et animales. L’objectif était de permettre à la Confédération de légiférer sur plusieurs maladies graves dont la tuberculose qui faisait rage à cette période. Cette loi donnait plus de pouvoir au gouvernement. Elle avait été acceptée assez largement, à plus de 60%. Mais là encore, les Neuchâtelois s’étaient distingués en disant oui à plus de 75%. L’histoire se répète ensuite : en 2013, le canton de Neuchâtel a accepté la nouvelle loi sur les épidémies à 67% tandis que la moyenne suisse se situait à 60%. Idem en juin lors de la votation sur la loi Covid : les Neuchâtelois ont dit oui à près de 67%, contre 60% au niveau suisse.

Cette tendance s’explique sans doute par le contexte social, politique et économique de l’époque, estiment les historiens. Le professeur honoraire à l’Université de Neuchâtel, Laurent Tissot, évoque une importante vague d’immigration en provenance de Suisse allemande à la fin du XIXe siècle. De nombreux ouvriers se sont installés à La Chaux-de-Fonds pour travailler dans le secteur de l’horlogerie. Il estime probable que les Neuchâtelois aient vu la vaccination comme une « protection contre l’arrivée de ces populations ».

Laurent Tissot, historien neuchâtelois: 

Quant aux cantons aujourd’hui plus sceptiques face à la vaccination, la tendance est la même : ils étaient déjà plus réticents au XIXe siècle. « Année politique suisse » de l'Université de Berne relève qu’en 1882, quelques cantons suisses-allemands Appenzell Rhodes-Intérieures et Schwyz avaient rejeté la loi sur les épidémies à plus de 90%. Or ces deux cantons sont aujourd’hui ceux où le taux de vaccination est le plus bas du pays. /ara


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus