Les taux hypothécaires s’envolent

Ils ont atteint des sommets ces derniers mois, sur fond de craintes d’inflation durable et ...
Les taux hypothécaires s’envolent

Ils ont atteint des sommets ces derniers mois, sur fond de craintes d’inflation durable et de hausse généralisée des intérêts

Les taux hypothécaires en Suisse ont bondi ces derniers mois. (Photo d'illustration) Les taux hypothécaires en Suisse ont bondi ces derniers mois. (Photo d'illustration)

La hausse généralisée des intérêts et les craintes inflationnistes font bondir les taux hypothécaires en Suisse. Ces derniers mois, les taux directeurs moyens pour une hypothèque fixe sur dix ans ont augmenté de 20 points de base (pb) à 1,31%, il s’agit de leur niveau le plus élevé depuis mars 2019. Ceci selon l’indice communiqué mercredi par Moneyland.ch, le comparateur en ligne indépendant. Il en va de même pour les hypothèques fixes à 5 ans ou à 15 ans qui augmentent de 9 pb (à 1,02%) et de 26 pb (à 1,61%).

Jean-Paul Jeckelmann, directeur à la banque Bonhôte, nous explique les phénomènes qui provoquent cette hausse

Pendant la pandémie, beaucoup d’argent a été injecté sur le marché par les banques centrales pour soutenir l’économie. Maintenant que la reprise est lancée, cet argent est retiré, ou du moins plus difficilement octroyé, ce qui provoque une hausse des intérêts. L’inflation actuelle, qui découle également de la reprise postpandémie, joue aussi son rôle. De plus en plus d’observateurs doutent qu’elles soient temporaires. Ce doute est au centre de la hausse des taux hypothécaires. On retrouve Jean-Paul Jeckelmann.

Quel impact sur les propriétaires et les locataires ?

Cette hausse a principalement un impact pour les nouveaux propriétaires qui contractent donc une hypothèque aux taux actuels. Elle en aura aussi pour ceux qui arrivent au terme de leur contrat et qui doivent le renouveler.

En ce qui concerne l’impact sur les locataires, la patience est de mise. Le taux hypothécaire de référence qui se situe actuellement à 1,25% est calculé sur la moyenne des taux utilisés. Si la hausse généralisée observée ces derniers mois se confirme, il pourrait à terme repasser à 1,5%. Ceci pourrait donc signifier une hausse des loyers, à condition qu’ils aient été ajustés à la baisse ces dernières années. /ATS-rgi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus