Le geste qui sauve en cas d’AVC

Aussi vite que possible, il faut appeler le 144 : c’est la décision qui peut tout changer quand ...
Le geste qui sauve en cas d’AVC

Aussi vite que possible, il faut appeler le 144 : c’est la décision qui peut tout changer quand on souffre d’un accident vasculaire cérébral. A la veille de la Journée internationale consacrée à cette maladie, une conférence est organisée jeudi à Neuchâtel

Un AVC, c'est l'arrêt de la circulation sanguine dans une partie du cerveau (photo d'illustration) Un AVC, c'est l'arrêt de la circulation sanguine dans une partie du cerveau (photo d'illustration)

En Suisse, toutes les demi-heures, une personne est frappée par un AVC, soit environ 16'000 chaque année. Une victime sur cinq perd la vie, une sur trois en sort durablement handicapée. La Journée internationale de l’accident vasculaire cérébral, c’est vendredi. Afin de rappeler les causes, les conséquences, et les gestes à avoir, le Réseau hospitalier neuchâtelois consacre jeudi soir à 19h une conférence au sujet dans le cadre des Jeudis du RHNe. Elle a lieu à l’auditoire du site de Pourtalès à Neuchâtel.

Le plus important à garder en tête, c’est qu’en cas d’AVC, il faut agir vite. Et pour cela, il faut être capable d’identifier les symptômes avant-coureurs. La Doctoresse Susanne Renaud, cheffe du Service de neurologie du RHNe, explique à quoi il faut être attentif :

Et si vous souffrez de ce type de symptômes, contactez le numéro d'urgence 144 sans délai. C’est le cas en particulier si vous appartenez à une catégorie à risque :

Que se passe-t-il après le coup de fil ? Comment se déroule la prise en charge des patients ? On retrouve Susanne Renaud :

Pour intervenir en cas d'AVC, le Réseau hospitalier neuchâtelois possède une unité spécialisée dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux, qu'on appelle également « stroke unit ». Chaque année, elle prend en charge entre 400 et 450 patients. /jhi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus