Le marché automobile en galère

Concessionnaires, garagistes, sociétés de location et automobilistes sont dans la panade, victimes ...
Le marché automobile en galère

Concessionnaires, garagistes, sociétés de location et automobilistes sont dans la panade, victimes de la pénurie de composants électroniques. Les délais de livraison des voitures neuves et de certaines pièces de rechange s’allongent parfois fortement

Pour recevoir sa voiture neuve, il faut faire preuve de patience. (Photo : KEYSTONE / AP / DAVID ZALUBOWSKI). Pour recevoir sa voiture neuve, il faut faire preuve de patience. (Photo : KEYSTONE / AP / DAVID ZALUBOWSKI).

C’est une période difficile pour le marché de l’automobile. Ce secteur, comme d’autres, souffre de la forte reprise de l’économie avec des goulots d’étranglement. Après les confinements liés à la pandémie, les usines notamment basées en Asie ont vu leur carnet de commandes exploser et n’arrivent plus à suivre. Il en découle une pénurie de composants électroniques dans le canton de Neuchâtel comme partout ailleurs. À cela s’ajoute un renchérissement du cours des matières premières. La combinaison de ces deux facteurs pourrait engendrer ces prochains mois une augmentation du prix des véhicules neufs. Mais dans l’immédiat, cette situation génère des retards de plusieurs semaines voire de plusieurs mois dans la livraison de voitures neuves. Pierre Daniel Senn, président des garagistes neuchâtelois. 

Ces retards de livraison touchent également certaines pièces de rechange. Un Neuchâtelois nous a, par exemple, expliqué se retrouver à pied, probablement durant plusieurs semaines, en attendant de pouvoir changer sa pompe à essence. Chez Techauto Center à Neuchâtel, fournisseur d’accessoires et de pièces détachées, on confirme que les délais s’allongent notamment pour les capteurs des pare-chocs ou les caméras de recul. Mais sur le front des pièces de rechange, la situation demeure toutefois moins problématique et plus ponctuelle que pour les voitures neuves, selon Pierre Daniel Senn.

Il faut dire qu’aujourd’hui les voitures modernes sont truffées en objets électroniques et nécessitent beaucoup plus de microprocesseurs que par le passé. Le président des garagistes neuchâtelois tient d’ailleurs à relever un point important pour mieux comprendre cette situation de pénurie.

Les entreprises de location de voitures également dans le dur

Par effet domino ce sont tous les acteurs de la branche automobile qui souffrent de cette problématique de pénurie et de prix qui augmentent. C’est le cas pour les entreprises de location de voitures. Pour Mike Lambert, directeur de Mike Location, société active dans le canton de Neuchâtel et dans la Broye, la situation actuelle est très tendue. Beaucoup de demandes mais très peu disponibilités pour contenter les garagistes, carrossiers et privés.

Un parc automobile qui ne peut donc être refourni dans l’immédiat. Une situation de pénurie de véhicules qui, pour Mike Lambert, trouve aussi ses origines au début de la crise du Covid.

Le manque à gagner est donc conséquent avec une perte importante de clients, déplore Mike Lambert.

Pierre Daniel Senn estime qu’il est difficile de déterminer si la situation va encore empirer. Sur le plan des semi-conducteurs, le président des garagistes neuchâtelois pense qu’elle devrait s’améliorer. En revanche, un autre problème pourrait apparaître. La Chine a limité l’exportation de certains métaux nécessaires à la fabrication des moteurs. Cela signifie, selon lui, qu’à l’avenir il sera peut-être plus compliqué d’avoir une production aussi régulière que celle qu’on a connue jusqu’ici. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus