Passerelle à Serrières : retour à la case négociations

Le Conseil général de Neuchâtel n’a pas voulu entrer en matière lundi sur un crédit de 3 millions ...
Passerelle à Serrières : retour à la case négociations

Le Conseil général de Neuchâtel n’a pas voulu entrer en matière lundi sur un crédit de 3 millions de francs visant à renouveler la structure

Le Conseil général de Neuchâtel a entamé sa séance avec du retard lundi soir en raison de soucis techniques. (Photo d'archives) Le Conseil général de Neuchâtel a entamé sa séance avec du retard lundi soir en raison de soucis techniques. (Photo d'archives)

Le Conseil communal de Neuchâtel est appelé à remettre l’ouvrage sur le métier. Le Conseil général a refusé lundi soir d’entrer en matière sur une demande de crédit d’un peu plus de 3 millions de francs. Cette somme devait servir à remplacer la passerelle attenante au viaduc ferroviaire de Serrières. Tous les groupes politiques ont estimé que la part financière assumée par les CFF dans le remplacement de l’ouvrage était trop faible. Les CFF ne prévoient de prendre à leur charge que le montage et démontage de la passerelle pour quelque 345'000 francs.

Pour le législatif, le Conseil communal doit retourner à la table des négociations.

Le remplacement de la passerelle est planifié pour la période 2024-2026, en même temps que l’élargissement du viaduc par les CFF. Le projet prévoit que la passerelle soit adaptée à la mobilité douce et à la mobilité réduite.


Séance perturbée

La séance du Conseil général de Neuchâtel a par ailleurs connu quelques ratés au démarrage. Un problème de haut-parleurs a retardé le début des débats. Le législatif a dès lors décidé de repousser à une prochaine séance le traitement du nouveau statut du personnel communal. Le syndicat SSP qui avait fait le déplacement pour faire entendre ses revendications à ce sujet doit du coup prendre son mal en patience. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus