Des pleurotes bio élevées à Marin

Une tonne de pleurotes et autres shiitakes devrait dès février sortir chaque mois de la champignonnière ...
Des pleurotes bio élevées à Marin

Une tonne de pleurotes et autres shiitakes devrait dès février sortir chaque mois de la champignonnière de Valérie Oppliger et Julien Nicolas à Marin. Des produits entièrement suisses, du substrat au mycélium

Julien Nicolas et Valérie Oppliger ont décidé de se lancer à Marin dans la production de champignons bio.  Julien Nicolas et Valérie Oppliger ont décidé de se lancer à Marin dans la production de champignons bio.

C’est un changement professionnel radical pour Valérie Oppliger. Economiste d’entreprise dans l’horlogerie de luxe, la Neuchâteloise a décidé de se transformer en productrice de champignons. Associée à son compagnon ingénieur agronome Julien Nicolas et dès le début de l’année prochaine à Théodore Pelletier, bio-ingénieur de formation, Valérie Oppliger a décidé d’élever, dans un hangar aménagé à Marin, trois essences : pleurote en huître, pleurote du panicaut et shiitake. Là encore, il s’agit d’un point de départ. Valérie Oppliger entend bien diversifier son assortiment :

Sa champignonnière, baptisée Un amour de Pleurote fonctionnera sur le bio et le local. Du substrat au mycélium, tout proviendra de Suisse. Dans un premier temps, dès février, Valérie Oppliger entend cueillir mensuellement une tonne de champignon. Une production qui devrait tripler après douze mois. Selon la future champignonneuse, le 70 à 100 % de la future production a déjà trouvé preneur :

Valérie Oppliger et Julien Nicolas sont à bout touchant. Ils ont obtenu le feu vert bancaire nécessaire à la mise en route de leur projet. Pour avoir à disposition suffisamment de fonds propres, ils ont lancé une campagne de financement participatif auprès de la plateforme neuchâteloise Yes we farm. L’objectif est de récolter 30'000 francs, ce qui représente un peu moins de 10 % du budget total du projet. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus