Revitalisation prévue pour les marais neuchâtelois

Dans le cadre de son programme de revitalisation des hauts-marais, le canton de Neuchâtel va ...
Revitalisation prévue pour les marais neuchâtelois

Dans le cadre de son programme de revitalisation des hauts-marais, le canton de Neuchâtel va s’attaquer cette année à celui de La Joux-du-Plâne. Un chantier à 190'000 francs dont une grande partie est prise en charge par la Confédération

L'exemple d'un secteur revitalisé, ici aux Ponts-de-Martel. (Photo : Service cantonal neuchâtelois de la faune, des forêts et de la nature) L'exemple d'un secteur revitalisé, ici aux Ponts-de-Martel. (Photo : Service cantonal neuchâtelois de la faune, des forêts et de la nature)

Gros travaux en perspective à la tourbière de la Joux-du-Plâne. Le canton a mis à l’enquête publique la construction de digues pour restaurer l’équilibre hydrique du site.

Depuis plus de dix ans, Neuchâtel et Pro Natura sont au chevet de la trentaine de hauts-marais du canton. Un travail de longue haleine qui durera encore une dizaine d’années, selon le conservateur cantonal de la nature Philippe Jacot-Descombes.

Il s’agit de répondre à une ordonnance fédérale qui vise à régénérer les sites d’importance nationale. Le but, notamment dans l’Arc jurassien, étant de maintenir ou de faire revenir la biodiversité en créant des réseaux écologiques permettant aux libellules et autres insectes de coloniser ou recoloniser les espaces perdus au fil du temps.

Travaux prévus à Neuchâtel

Chaque année, le canton de Neuchâtel mène trois à quatre chantiers. Des travaux qui nécessitent une approche prudente, tant les milieux concernés sont sensibles.

À La Joux-du-Plâne, il s’agira de revitaliser la tourbière en mettant en place des palissades en bois afin de retenir l’eau dans le marais. Le coût de l’opération s’élève à 190'000 francs. Dans ce cas précis, la Confédération prend à sa charge le 75%. Présentation du chantier avec le conservateur cantonal de la nature, Philippe Jacot-Descombes :

Les travaux devraient démarrer cette année et durer deux mois. Le Grand Conseil avait donné son aval au crédit d’engagement en mai 2020. Ce chantier entre dans un accord passé entre la Confédération et le Canton de Neuchâtel, un programme de protection de la nature qui court entre 2020 et 2024.

La trentaine de haut-marais que compte le territoire neuchâtelois est répartie entre la vallée de La Sagne et des Ponts, avec notamment le Bois des Lattes, la vallée de La Brévine, les Montagnes neuchâteloises, le Val-de-Travers et le Val-de-Ruz. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus