Les lacs de Bienne et Neuchâtel ont besoin de plus de temps

Le canton de Berne fait le point mercredi sur le dispositif et les effectifs mis sur pieds ...
Les lacs de Bienne et Neuchâtel ont besoin de plus de temps

Le canton de Berne fait le point mercredi sur le dispositif et les effectifs mis sur pieds ces dernières semaines. Il explique notamment qu’il faudra plus de temps aux lacs de Bienne et Neuchâtel pour se remettre de la situation. Explications et bilan

Les lacs de Bienne et de Neuchâtel auront besoin de temps pour se remette des inondations des dernières semaines. (Photo : Jonathan Vallat). Les lacs de Bienne et de Neuchâtel auront besoin de temps pour se remette des inondations des dernières semaines. (Photo : Jonathan Vallat).

Il y a eu beaucoup d’eau ces dernières semaines en Suisse. Mais le retour à la normal se fait plus ou moins vite selon les régions. Après avoir atteint sa cote maximale, le lac de Thoune a pu être ramené en une semaine à un niveau normal pour la saison d’été. Cette prompte décrue a été possible grâce à la baisse rapide du débit des affluents situés plus en altitude dans l’Oberland bernois. Le processus sera beaucoup plus long pour les lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat. En effet, ce n’est pas un, mais trois lacs qui se déversent dans le Seeland. Les volumes d’eau qui y sont stockés sont sans commune mesure avec le volume du lac de Thoune. En outre, la capacité d’écoulement de l’Aar à la sortie du lac de Bienne est limitée, raison pour laquelle il n’est pas possible d’augmenter à volonté le débit sortant au barrage de régulation de Port.


Une semaine pour le lac de Bienne, jusqu’à trois pour celui de Neuchâtel

Les lacs de Bienne et de Neuchâtel ont particulièrement été touchés. Si les conditions sont idéales, c’est-à-dire si le temps reste sec, le lac de Bienne reviendra à un niveau estival normal d’ici le milieu de la semaine prochaine. En ce qui concerne le lac de Neuchâtel, le retour à la normale durera encore deux à trois semaines.


Plus de 3250 heures consacrées à la collecte du bois flottant

En un mois, la police des lacs de la Police cantonale bernoise a rassemblé près de 5000 m3 de bois flottant dans les lacs de Brienz, de Thoune et de Bienne avec le concours de l’Office des eaux et des déchets. Cela représente 5 millions de litres ou plus de 6200 conteneurs à déchets de 800 litres.  Au total, la police des lacs a consacré à elle seule plus de 3250 heures de travail à la collecte du bois flottant et à la lutte contre la crue entre le 20 juin et le 26 juillet.


1200 jours de service fournis par la protection civile

La protection civile bernoise a elle aussi été fortement sollicitée : plus de 320 personnes appartenant à douze organisations de protection civile sont intervenues sur l’ensemble du territoire cantonal. Elles ont secondé les services du feu, formé des digues avec des sacs de sable et effectué des travaux de pompage. Elles ont également surveillé les barrages et les pentes, apporté un soutien aux organes de conduite ou encore géré des lignes d’assistance et des points d’information destinés à la population. Les organisations de protection civile ont fourni quelque 1200 jours de service au total durant la période de crue. Pour leur part, les services du feu ont enregistré environ 1400 alarmes en lien avec les intempéries au cours des 30 derniers jours. Les quelque 150 corps de sapeurs-pompiers du canton ont presque toutes été mobilisées, fournissant plusieurs milliers de jours de service. 


Des travaux de planification qui ont porté leurs fruits

C’est notamment grâce aux enseignements tirés d’événements antérieurs, à une bonne préparation dans le domaine de la planification et à un bon niveau de formation que les organes de conduite régionaux et les forces d’intervention ont réagi de manière appropriée et ont pu faire face aux événements de juillet. Les plans d’urgence élaborés ces dernières années sur la base de l’analyse des dangers naturels ont été précieux, en particulier pour les interventions des services du feu. Dans son communiqué, le canton de Berne rappelle que depuis 2005, il a alloué au total 400 millions de francs à des mesures de protection contre les crues sur l’ensemble du territoire cantonal. La Confédération et les communes ont investi le même montant. Toutes ces mesures ont fortement contribué à limiter les dégâts matériels selon lui. /comm-ami


 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus