Équilibré ou trop peu ambitieux : les vues divergent sur le plan climat

La consultation pour le plan climat du Conseil d’Etat neuchâtelois est officiellement arrivée ...
Équilibré ou trop peu ambitieux : les vues divergent sur le plan climat

La consultation pour le plan climat du Conseil d’Etat neuchâtelois est officiellement arrivée à échéance fin mai. Prise de température auprès des entités sondées

Le plan climat du Conseil d'Etat neuchâtelois vise notamment à promouvoir les véhicules électriques.  (Photo libre de droits) Le plan climat du Conseil d'Etat neuchâtelois vise notamment à promouvoir les véhicules électriques.  (Photo libre de droits)

Le Conseil d’Etat neuchâtelois sonde le terrain. La consultation pour le plan climat du gouvernement est officiellement arrivée à échéance fin mai. Au total, une soixantaine d’entités ont été consultées dans ce cadre. Certaines ont toutefois obtenu un délai supplémentaire de quelques jours pour apporter leur réponse.

Dans ce plan climat, le Canton prévoit d’arriver à zéro émission nette de CO2 en 2050. Pour y parvenir, le Conseil d’Etat mise sur une multitude de mesures.

Le Département du développement territorial et de l’environnement indique qu’il lui faudra encore du temps pour avoir une vue d’ensemble consolidée de cette consultation.

De notre côté, nous avons obtenu des réponses d’environ un quart des entités sollicitées, soit une quinzaine, issues de bords différents.

De manière très générale, ce plan climat est un bon compromis pour le PLR et les associations économiques. Il va également dans le bon sens pour l’Association des communes neuchâteloises.

Il est en revanche largement insuffisant pour les partis écologiques et les associations de défense de l’environnement.

Accueil favorable du PLR et des milieux économiques

La position du PLR est globalement positive. Le parti parle d’un plan réaliste et d’un bon équilibre entre ambitions écologiques et mesures favorables à une reprise économique.

La Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie, qui regroupe les positions des associations économiques consultées, se dit plutôt satisfaite de ce plan climat, qualifié de bon compromis. Seul regret : les efforts déjà réalisés par l’économie ces 30 dernières années ne sont pas mentionnés. Pour la CNCI, il manque aussi un suivi des mesures.

Le Touring Club Suisse est lui 100 % favorable à ce plan climat et se réjouit de la promotion des bornes de recharge électrique.

Seule voix marginale, celle de l’UDC pour qui la moitié des mesures sont irréalistes et trop contraignantes.


Forte fronde des partis écologistes et des associations environnementales

Pour les Verts, les Vert’libéraux, le WWF et Pro Natura, ce plan climat manque clairement d’ambition. Il n’y a pas assez d’objectifs chiffrés, pas de calendrier fixé pour les atteindre et pas de sanctions prévues si les objectifs ne sont pas remplis.

Pour Pro Natura, cette politique des petits pas ne suffit pas pour faire face à l’urgence climatique. Les milieux écologistes prennent l’exemple des bâtiments. Il est prévu de passer de 1 à 4 % d’assainissement du parc immobilier. Les partis écologistes et les associations environnementales dénoncent une mesure non contraignante et insuffisante.

Sur le plan de la mobilité, en favorisant les véhicules électriques, on ne fait que déplacer le problème sans réfléchir à des moyens de limiter nos déplacements pour le WWF et les Vert’libéraux. Les moyens manquent également pour appeler la population à changer ses comportements, notamment en vue de réduire la consommation de viande, ajoute le WWF.

L’échéance de 2050 est aussi trop lointaine pour les Verts.


Accueil plus nuancé par les partis de gauche

Le Parti socialiste salue le travail réalisé mais estime qu’il faut davantage impliquer les citoyens pour changer les comportements, en matière de transports publics et de consommation notamment.

Pour le POP, les mesures vont dans le bon sens pour certaines mais le projet est jugé très libéral, trop peu coercitif et très technophile aussi. Le parti estime qu’on ne résoudra pas la crise climatique en misant sur des technologies moins gourmandes en énergie.

Le plan climat devrait être soumis au Grand Conseil cet automne. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus