Le Chant du Gros va rester « raisonnable »

Les organisateurs vont s’en tenir à une édition réduite en septembre, malgré les assouplissements ...
Le Chant du Gros va rester « raisonnable »

Les organisateurs vont s’en tenir à une édition réduite en septembre, malgré les assouplissements annoncés mercredi par le Conseil fédéral à propos des grandes manifestations

Le chapiteau du Chant du Gros ne verra pas autant de public que d'habitude cette année. (Photo : Damien Carnal) Le chapiteau du Chant du Gros ne verra pas autant de public que d'habitude cette année. (Photo : Damien Carnal)

« Nous voulons que notre manifestation ait de la gueule, sans la mettre en péril », lance le patron du Chant du Gros Gilles Pierre. Malgré les assouplissements annoncés mercredi par le Conseil fédéral et une possible jauge de 10'000 spectateurs aux événements extérieurs dès la fin du mois d’août, les organisateurs du festival de musique du Noirmont vont s’en tenir à une édition réduite. Ils avaient annoncé sa tenue fin mars et ne souhaitent pas encore lever le voile sur son contenu, qui devrait être révélé d’ici quelques semaines.
L’événement adapté à la pandémie de Covid-19 pourrait toutefois être plus important que prévu. Initialement agendé du 9 au 11 septembre, il pourrait s’étendre sur davantage de jours et accueillir jusqu’à 3'000 personnes : « Nous sommes face à un problème de timing, un festival comme celui du Chant du Gros s’organise une année à l’avance. Cela nous donne l’espoir de pouvoir partir sur une manifestation avec plus de 300 à 500 spectateurs, mais cela ne nous laisse pas la possibilité d’organiser une édition habituelle », explique Gilles Pierre.

Les assouplissements n’ont pas beaucoup d’impact pour le Chant du Gros 2021 de Gilles Pierre

En plus du timing trop serré, le risque financier est aussi trop grand pour organiser un événement plus important : « Un variant pourrait surgir et nous forcer à tout annuler », poursuit Gilles Pierre. Le « parapluie de protection » prévu par la loi Covid-19 ne rassure pas non plus pleinement le patron du Chant du Gros, qui devrait, notamment, payer une franchise de 5'000 francs ainsi qu’une quote-part de 10% pour pouvoir être indemnisé par le canton et la Confédération en cas d'annulation, pour autant que le canton ait donné son autorisation préalable à la tenue de la manifestation. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus