Christian Clot de retour à l’air libre

L’explorateur neuchâtelois est resté confiné pendant 40 jours avec quatorze personnes dans ...
Christian Clot de retour à l’air libre

L’explorateur neuchâtelois est resté confiné pendant 40 jours avec quatorze personnes dans une grotte de l’Ariège. But de l’expédition : étudier les capacités d'adaptation humaine à la perte de repères spatio-temporels

Les quinze volontaires ont revu la lumière après 40 jours passés sous terre. (Photo: DeepTime ©Human Adaptation.) Les quinze volontaires ont revu la lumière après 40 jours passés sous terre. (Photo: DeepTime ©Human Adaptation.)

Une expérience unique en son genre. Quinze personnes sont restées pendant 40 jours dans une grotte de l’Ariège. Un confinement expérimental mené par le Neuchâtelois Christian Clot dans le cadre de l’expédition Deep Time. La petite troupe a retrouvé l’air libre le 24 avril. Sans montres, sans téléphones et sans lumière naturelle, les 15 volontaires ont dû s'habituer aux 10,5 degrés et le 100 % d'humidité de la grotte de Lombrives. Ils ont généré leur propre électricité par un système de pédalo et puiser l'eau à 45 mètres de profondeur.

Deep Time vise à étudier les capacités d'adaptation de l’être humain à la perte de repères spatio-temporels, une question soulevée notamment avec la crise sanitaire.

Les quinze volontaires sont sortis de la grotte il y a un peu plus d’une semaine.

L'explorateur neuchâtelois Christian Clot

L’explorateur neuchâtelois est donc resté 40 jours confiné dans cette grotte. Avec des repères de temps chamboulés.

« C'est transformer son système de vie »

Les quinze volontaires sont restés pendant 40 jours dans le grotte de Lombrives en Ariège. (Photos: Deep Time © Human Adaptation Institute) Les quinze volontaires sont restés pendant 40 jours dans le grotte de Lombrives en Ariège. (Photos: Deep Time © Human Adaptation Institute)

Paradoxalement, ce confinement dans une grotte n’a pas été vécu comme une forme d’emprisonnement, au contraire.

« Il y avait une forme de liberté à vivre sous terre »

Pendant cette expérience, les volontaires ont vécu 24h sur 24 ensemble, avec très peu de règles ou presque.

« Une seule règle: personne ne doit réveiller les autres »

Deep Time a nécessité 1,2 million d'euros de financement, auquel ont participé des partenaires privés et publics. /ats-sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus