Double assassinat des Verrières : prison à vie confirmée

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours du quinquagénaire qui avait tué son ex-compagne et ...
Double assassinat des Verrières : prison à vie confirmée

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours du quinquagénaire qui avait tué son ex-compagne et son nouvel ami en 2017 aux Verrières

Le Tribunal fédéral rejette le recours du quinquagénaire condamné en 2020 à une peine de prison à vie. (Photo libre de droits : illustration). Le Tribunal fédéral rejette le recours du quinquagénaire condamné en 2020 à une peine de prison à vie. (Photo libre de droits : illustration).

Le Tribunal fédéral rejette le recours du quinquagénaire, qui avait tué son ex-compagne et le nouvel ami de celle-ci en 2017 aux Verrières. La Cour pénale neuchâteloise l'avait condamné en juin 2020 à une peine de prison à vie pour double assassinat.

Le TF a suivi la cour cantonale et a estimé que le recourant « avait agi par jalousie et dans une volonté de vengeance », a-t-il indiqué dans un arrêt publié jeudi. Le recourant « était animé d'un mobile égoïste » et « particulièrement odieux ».

Contrairement à ce que l'assassin affirme, la Haute Cour estime qu'il n'était pas dans un « état émotionnel extrêmement précaire au moment d'agir », même s'il a pu concevoir un certain dépit d'apprendre que son ex-compagne, avec laquelle il avait conservé des liens, avait un nouveau compagnon.

« Si le recourant n'a pas fait preuve de sauvagerie ou de sadisme dans la manière dont il a exécuté ses victimes », le TF constate que « l'exécution méthodique à laquelle le recourant a procédé, dénuée de toute manifestation d'émotion, est révélatrice de son mépris de la vie d'autrui ».


Gravité spécifique

Le quinquagénaire niait aussi avoir agi par préméditation. S'il « n'a pas ourdi une machination, ni préparé minutieusement son acte pendant une longue période (...), il n'en demeure pas moins qu'il a organisé son acte, puisqu'il a préparé son arme, qu'il l'a transportée dans un sac pour qu'on ne la remarque pas, a garé sa voiture hors de la vue de ses futures victimes, s'est tapi dans la chambre de son ex-compagne jusqu'à ce que celle-ci et son compagnon arrivent ».

« La préparation avant de se rendre au domicile de la victime et son attente en ce lieu confèrent à l'acte une gravité spécifique », a ajouté la Haute Cour. Le quinquagénaire s'y est pris aussi à deux fois pour tuer son ancienne compagne. Pour toutes ces raisons, le TF a rejeté le recours et mis les frais de 1200 francs à charge du recourant.

Lors du procès devant la Cour cantonale en juin 2020, la défense avait estimé que la qualification d'assassinat n'était pas remplie et avait réclamé une peine de 14 ans de prison. En première instance en mars 2019, le Tribunal criminel de Boudry avait condamné l'assassin à une peine de 20 ans de prison, une condamnation qui avait fait l'objet d'un appel du prévenu et du Ministère public. /ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus