Val-de-Travers lance la vaccination chez les indépendants

La commune est la première du canton de Neuchâtel à vacciner contre le Covid-19 grâce aux médecins ...
Val-de-Travers lance la vaccination chez les indépendants

La commune est la première du canton de Neuchâtel à vacciner contre le Covid-19 grâce aux médecins et aux pharmacies. Un dispositif pilote qui a nécessité une certaine organisation

Philippe Bailly, responsable de la Pharmacieplus Bourquin de Couvet, a accepté d'accueillir la vaccination contre le Covid-19. Philippe Bailly, responsable de la Pharmacieplus Bourquin de Couvet, a accepté d'accueillir la vaccination contre le Covid-19.

Campagne de vaccination officiellement lancée ce mercredi à Val-de-Travers. Près de trois mois après l’ouverture du premier centre cantonal à Cernier, c’est enfin au tour du Vallon de bénéficier de vaccins contre le coronavirus à proximité. Jusqu’à maintenant, les Vallonniers devaient se déplacer dans l’un des trois centres du canton de Neuchâtel pour recevoir leur dose.

Désormais, onze établissements différents pourront les accueillir. Cinq cabinets médicaux, cinq pharmacies et un centre médical sont à la disposition de la population dès ce mercredi. Les pharmacies accueillent ainsi des clients supplémentaires, en plus de leur mandat habituel. Des listes d’attentes ont surtout été mises en place jusqu’à maintenant, afin de commander le bon nombre de doses et de pouvoir organiser l’administration des vaccins. Il faut savoir qu’une fois ouverte, la dose qui contient dix vaccins se conserve maximum six heures à température ambiante. Un certificat spécifique est aussi nécessaire pour les pharmaciens afin de pouvoir vacciner contre le Covid-19.

Vacciner en pharmacie demande de l’organisation: Philippe Bailly, le responsable de la Pharmacieplus Bourquin à Couvet

Solution idéale pour la région

Val-de-Travers est donc la première commune du canton à passer par des indépendants pour vacciner. Si cette phase pilote est évidemment appréciée par les autorités locales, ce n’était pas le plan original de la Commune. Lors des premiers groupes de dialogue, Val-de-Travers souhaitait aussi avoir son centre de vaccination. Mais avec le recul, cette nouvelle solution est jugée la meilleure. Les coûts liés à l’installation d’un centre de vaccination sont importants selon le conseiller communal, Benoit Simon-Vermot, que ce soit en termes de finances ou de personnel. Et comme la population du Val-de-Travers est plus basse que celle des autres régions, un centre aurait peut-être été trop grand.

Benoit Simon-Vermot: « les médecins et les pharmaciens, c’est une solution raisonnable »

L’évolution de ce dispositif sera surveillée dans les prochaines semaines, et si l’offre est considérée trop faible par rapport à la demande, des équipes mobiles pourraient par exemple faire leur apparition. /swe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus