Johnson & Johnson persiste et signe

Le groupe américain veut concrétiser son intention de délocaliser les emplois. Il dit vouloir ...
Johnson & Johnson persiste et signe

Le groupe américain veut concrétiser son intention de délocaliser les emplois. Il dit vouloir « mettre en place un plan compétitif de soutien et d'avantages pour les employés concernés »

La multinationale américaine prévoit plus de 300 délocalisations au sein de quatre filiales implantées dans le canton de Neuchâtel, comme ici au Locle (Photo : Google Maps) La multinationale américaine prévoit plus de 300 délocalisations au sein de quatre filiales implantées dans le canton de Neuchâtel, comme ici au Locle (Photo : Google Maps)

Le sort semble définitivement scellé pour les employés de trois entreprises de Johnson & Johnson du canton de Neuchâtel. Dans un communiqué adressé vendredi à la rédaction de RTN, le groupe américain confirme son intention de délocaliser diverses lignes de production entre 2022 et 2023. Le processus de consultation s’achevait le 18 février, selon Johnson & Johnson.

La multinationale reconnait l'impact de cette délocalisation sur les employés. Elle prétend que ses trois sociétés ont tenu des discussions avec les employés afin de recueillir des propositions. Ce vendredi, les employés ont été informés qu’un plan « compétitif de soutien et d'avantages » sera proposé ; il comprendrait notamment un possible redéploiement interne, une aide au reclassement externe, une allocation pour enfant à charge, des indemnités de licenciement, une retraite anticipée et un fonds de formation.

Fin janvier, Johnson & Johnson avait annoncé vouloir délocaliser 320 emplois du canton de Neuchâtel. Ce mercredi, le conseiller d’Etat Jean-Nath Karakash annonçait devant le Grand Conseil vouloir encore convaincre la multinationale de maintenir ou de développer de nouvelles activités. /comm-aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus