Vingt et un candidats pour le Conseil d’Etat neuchâtelois

Le dépôt des listes pour les élections cantonales neuchâteloises était fixé à ce lundi midi ...
Vingt et un candidats pour le Conseil d’Etat neuchâtelois

Le dépôt des listes pour les élections cantonales neuchâteloises était fixé à ce lundi midi. Neuf femmes et douze hommes briguent l'un des cinq sièges à l’exécutif. Pour le Grand Conseil, ils sont 526 pour cent fauteuils

Les partis présentent 21 candidats au Conseil d'Etat pour cinq sièges et 526 au Grand Conseil pour cent sièges.  Les partis présentent 21 candidats au Conseil d'Etat pour cinq sièges et 526 au Grand Conseil pour cent sièges. 

Les partis ont distribué leur carte pour les élections cantonales neuchâteloises. Alors que le délai pour le dépôt des listes était fixé à ce lundi midi, vingt et un candidats issus de dix formations sont en lice pour le Conseil d’Etat, dont trois sortants. Le peuple tranchera le 18 avril.

Au nombre de seize il y a quatre ans, ils sont désormais 21 cette année à se présenter pour le Conseil d'Etat soit neuf femmes et douze hommes. Le Parti socialiste et Solidarités proposent trois candidats, le Parti libéral-radical quatre tout comme le POP. Pour la première fois, les Vert’libéraux se lancent dans la course à l’exécutif cantonal avec deux candidates. Le Centre, ancien PDC, et les Verts en présente chacun un.

Enfin, les formations non-gouvernementales se lancent aussi dans la course. Le vote blanc part en campagne avec un candidat - sans présenter en revanche de liste pour le Grand Conseil - alors qu'une nouvelle entité fait son apparition, celle d’Apéro pour tout le monde.


Liste fournie pour le POP

Certaines formations ont redoublé d'effort pour déposer une liste bien fournie à l'exécutif. Le Parti ouvrier et populaire présente par exemple quatre personnes contre une en 2017.

Daniel Ziegler, président du POP, revient sur la stratégie du parti:

Dix listes et 526 candidats pour le Grand Conseil

Le nombre de candidats pour le Grand Conseil est en hausse par rapport à il y a quatre ans, alors que le total de députés passe de 115 à 100 en raison de l’introduction de la circonscription unique. Ils sont donc 526, contre 497 lors des précédentes élections cantonales. En tout, dix listes ont été déposées, dont deux nouvelles. On retrouve Apéro pour tout le monde avec un candidat, Vincent Rollier, qui se présente aussi pour le Conseil d’Etat. Le Parti évangélique Neuchâtel fait lui son entrée dans la course. Il propose six candidats.

Le détail des listes au Grand Conseil est à retrouver dans le document ci-dessous :

La circonscription unique : une première

Les élections du 18 avril ont un goût de nouveauté avec l’entrée en vigueur de la circonscription unique. Les électeurs ne choisiront plus leurs candidats par district, mais ils pourront voter pour des personnes issues de tout le canton de Neuchâtel. D’autres changements découlent de cette réforme qui a pour but de renforcer l’unité cantonale, avec le principe d’un canton, un espace. Parmi les changements, comme évoqué plus haut, le nombre de députés passe de 115 actuellement à cent et les apparentements passent à la trappe. Certaines mesures ont été prises pour ne pas pénaliser les petits partis.

Pascal Fontana vice-chancelier de l’Etat de Neuchâtel :

A l’époque des discussions sur la circonscription unique au Grand Conseil, certaines formations avaient dénoncé une pseudo-modernisation qui balaye l’ancrage régional. Ils craignaient également que certaines régions ne soient pas assez représentées. Là aussi, des mesures ont été prises. 

Pascal Fontana vice-chancelier de l’Etat de Neuchâtel :

En plus des neuf fauteuils dévolus aux Vallées, vingt-six sièges sont garantis pour le Littoral et quinze pour les Montagnes.

Les élections cantonales se tiennent le 18 avril. Un éventuel second tour pour l’élection au Conseil d’État se tiendra le 9 mai 2021. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus