« Sensibiliser ne suffit plus, il faut un cadre plus strict »

A l'occasion de la journée mondiale sans tabac dimanche, l'OMS se penche sur la protection ...
« Sensibiliser ne suffit plus, il faut un cadre plus strict »

A l'occasion de la journée mondiale sans tabac dimanche, l'OMS se penche sur la protection des jeunes face au tabagisme. L'industrie du tabac vise désormais les jeunes avec un marketing ciblé sur les réseaux sociaux

Les jeunes sont devenus la cible de l'industrie du tabac. (Photo d'illustration, LDD) Les jeunes sont devenus la cible de l'industrie du tabac. (Photo d'illustration, LDD)

Des publicités agressives et des emballages qui ressemblent à des paquets de bonbons. Les jeunes sont les nouvelles cibles de l’industrie du tabac. A l'occasion de la journée mondiale sans tabac qui a lieu dimanche, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a choisi de se pencher cette année sur la protection des jeunes face aux risques liés au tabagisme. 


Plus de risques de dépendance avant 20 ans

Selon l'OMS, l'industrie du tabac dépense en moyenne 23 millions de dollars par jour au niveau mondial en publicité. Une publicité qui se fait de plus en plus sur internet et les réseaux sociaux. Et cela a un effet sur la consommation des jeunes. Selon les données de 2015, 17 % des jeunes de 15 à 24 ans fument dans le monde. Dans la Région européenne, 11,5 % des filles et 13,8 % des garçons âgés de 13 à 15 ans sont des consommateurs de tabac. Toujours selon l'OMS, toute personne qui commence à fumer avant le début de la vingtaine est non seulement plus susceptible de devenir dépendante, mais peut également s’avérer moins capable de contrôler son tabagisme en vieillissant.

En Suisse, pour protéger efficacement les jeunes face aux dangers du tabac, il faudra plus que de la sensibilisation, selon Luciano Ruggia, directeur de l’association suisse pour la prévention du tabagisme :

Luciano Ruggia : « En Appenzel, un enfant de 8 ans peut acheter des cigarettes »

La législation en Suisse en matière de vente de tabac n'est pas contraignante. Selon Luciano Ruggia, cela s'explique par l'importance accordée dans le pays à la responsabilité individuelle, mais pas uniquement : 

« les lobbys sont très puissants »

/tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus