Déficit de 11,4 millions de francs pour le Canton de Neuchâtel

Les comptes 2019 de l'Etat de Neuchâtel bouclent avec un déficit de 11,4 millions de francs ...
Déficit de 11,4 millions de francs pour le Canton de Neuchâtel

Les comptes 2019 de l'Etat de Neuchâtel bouclent avec un déficit de 11,4 millions de francs. Un excédent de charges moins important que prévu dans le budget.

De gauche à droite : le président du Conseil d'Etat neuchâtelois Alain Ribaux, et le grand argentier cantonal Laurent Kurth ont présenté des comptes 2019 meilleurs que prévu, même s'ils demeurent dans le rouge. (Photo : archives KEYSTONE/LAURENT GILLIERON). De gauche à droite : le président du Conseil d'Etat neuchâtelois Alain Ribaux, et le grand argentier cantonal Laurent Kurth ont présenté des comptes 2019 meilleurs que prévu, même s'ils demeurent dans le rouge. (Photo : archives KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).

L’Etat de Neuchâtel boucle l’exercice 2019 sur un déficit de 11,4 millions de francs. L'excédent de charges est moins important que prévu dans le budget, de 6,5 millions. L'exercice 2020 s'annonce délicat, pandémie de Covid-19 oblige.

Le redressement progressif des comptes s'est confirmé l'an dernier, malgré des recettes fiscales nettement inférieures aux prévisions budgétaires, a indiqué mercredi le Conseil d'Etat devant la presse à Neuchâtel. La performance est meilleure qu'en 2018, où l'exercice affichait encore une perte de 33,3 millions.

Bien que toujours dans le rouge, les comptes cantonaux s'améliorent de 20 millions de francs environ pour la troisième année consécutive. En 2019, les recettes fiscales sont ressorties inférieures aux prévisions de près de 50 millions, influencées notamment par les résultats de quelques grands acteurs.


Maîtrise des charges

Le Canton a maîtrisé les charges (2,2 milliards au total), s'est réjoui le grand argentier Laurent Kurth, notamment dans les dépenses de personnel (3,3 millions), de biens et services (7,7 millions) ou encore dans les charges d’intérêts (1,3 million). Les réformes engagées ces dernières années rejaillissent également sur l'ensemble.

Le résultat 2019 est aussi influencé par la dynamique positive dans laquelle s’est inscrit le canton. Le chômage a notablement diminué ainsi que le recours à l’aide sociale. Ce dernier s'est traduit par une diminution importante des charges de transfert de 22,3 millions de francs dans le domaine de la prévoyance sociale.

Plusieurs facteurs de risques identifiés en fin d’exercice précédent ayant pu être supprimés dans le courant de l’année 2019, des dissolutions de provisions sont venues encore améliorer le résultat.


Rentrées bienvenues

Quant aux recettes, elles présentent certaines progressions par rapport aux prévisions budgétaires. Le phénomène apparaît pour la part à l’impôt anticipé (+6,7 millions), la part à l’impôt fédéral direct (+4,2 millions) ou encore la part au bénéfice de la Banque nationale suisse (+6,8 millions).

La réévaluation, de 27,7 millions de francs, des bâtiments cédés par le Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) à l’Etat a influencé fortement les revenus. Elle a compensé en partie les charges relatives à la subvention extraordinaire décidée par le Grand Conseil (32 millions, en plus de la participation de 200 millions).

En ce qui concernent les investissements, le Canton a dépensé nettement plus que les 89 millions de francs inscrits au budget. Le montant total a atteint 246 millions, raison de la prise de participation au RHNe. Hors cet aspect, les investissements nets ressortent à 46 millions seulement.


Année 2020 délicate

Trois facteurs expliquent l’écart : l’anticipation en 2018 du montant de 8 millions figurant au budget pour la reprise des actifs du Centre électronique de gestion (CEG) de la ville de Neuchâtel, le report d’une prise de participation (12 millions), avec décision en 2020, et le retard dans la mise en oeuvre de projets du programme d’impulsion et de transformations.

L'exercice 2020 sera marqué par la crise sanitaire du coronavirus, qui « démontre que l’équilibre des finances ne peut être érigé en dogme ». Des structures étatiques solides sont dès lors indispensables pour répondre à telles situations, protéger la population, assurer les solidarités et maintenir le tissu économique, estime le gouvernement.

Au-delà des difficultés et défis à relever, l'Etat de Neuchâtel veut poursuivre son effort de consolidation. « De même que doit être entretenu l’état d’esprit positif et prospectif qui est progressivement de retour ». /ATS-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus