Coronavirus : les chocolatiers toussent

Lapins et œufs en chocolat font aussi les frais du coronavirus. Les clients se font rares et ...
Coronavirus : les chocolatiers toussent

Lapins et œufs en chocolat font aussi les frais du coronavirus. Les clients se font rares et des conséquences financières sont à prévoir pour la branche

Même si les chocolateries ont le droit d'ouvrir, les ventes sont en forte baisse. (Photo: LDD) Même si les chocolateries ont le droit d'ouvrir, les ventes sont en forte baisse. (Photo: LDD)

Les chocolateries artisanales ne sont pas à la fête en ce week-end pascal. Cette période de l’année représente habituellement une partie importante du chiffre d’affaires des chocolateries artisanales. Mais ce printemps, le coronavirus en a décidé autrement.

Le chocolat étant une denrée alimentaire, les boutiques peuvent rester ouvertes. Mais les clients se font rares. L’entreprise Jacot Chocolatier a vu ses ventes chuter de 50% par rapport à la même période l’année passée. Les explications de son directeur général Daniel Knöpfel:

Licenciements probables chez Walder

Le plus dur est sans doute encore à venir. L'été est toujours une période creuse pour les ventes de chocolat. Il va donc falloir tenir jusqu’à Noël, sans les réserves de Pâques. Chez Walder à Neuchâtel, on craint de devoir réduire l’offre, voire de licencier pour s’en sortir. Le témoignage de Luc Mayor, administrateur chez Walder:

Une cagnotte solidaire a été lancée par une Neuchâteloise pour venir en aide à certains artisans de la région. Les lapins achetés grâce à cette cagnotte seront distribués au personnel soignant, de sécurité et d’entretien. /ara


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus